Enn let pu le rwa est la traduction de la pièce Post Office de Rabindranath Tagore, telle que proposée par la Mauritius Drama League (MDL). La pièce sera présentée au public le jeudi 15 octobre au théâtre Serge Constantin, Vacoas. Trois autres représentations sont prévues.
Cette année marque le 150e anniversaire de la naissance de Rabindranath Tagore. Dans cette optique, la Mauritius Drama League propose aux Mauriciens de découvrir ou redécouvrir la pièce Post Office de l’artiste, qui fut sacré prix Nobel de Littérature en 1913. Sous les plumes d’Anon Payendee et de Bhisma Dev Seebaluck, du MDL, la pièce devient Enn let pu le rwa.
« Le plus grand obstacle, signale le metteur en scène, traducteur et comédien Anon Payendee, c’était de trouver le comédien approprié pour le rôle principal d’Amal, le petit garçon cloué au lit, qui voit défiler la vie… » Notre interlocuteur explique qu’il a fait la connaissance de Dylan Latchman, 14 ans, à qui est revenu le rôle en question. « Au départ, confie Anon Payendee, je n’étais pas trop enthousiaste à l’idée que Dylan assume ce rôle. En effet, il avait été très malade et était passé par des moments très difficiles dans sa jeune vie. Et cela convenait tout à fait au personnage d’Amal qui est un enfant malade, condamné par les médecins et qui doit rester cloîtré dans sa chambre. C’est sur les épaules de ce personnage que repose toute la pièce. C’est une très lourde responsabilité. Et c’est pour cela que j’avais des craintes au départ. »
Mais graduellement, l’intérêt porté par Dylan Latchman, jeune étudiant du Prévoc, pour la création théâtrale finit par convaincre le metteur en scène : « Dylan connaît toutes les répliques de la pièce. Pas seulement les siennes, mais celles de tous les personnages ! Sa passion pour jouer ce rôle, faire partie de la pièce et l’émotion qu’il met à incarner son personnage ont eu raison de mes appréhensions. » Pendant plusieurs mois, le jeune comédien et le metteur en scène ont ainsi travaillé le personnage d’Amal en profondeur.
Cloîtré chez lui par la force des choses, Amal voit la vie défiler par le biais de sa fenêtre. C’est ce regard que le public suit, avec le personnage… « Amal se lie d’amitié avec tous ceux qui passent devant sa fenêtre. Il meurt d’envie de vivre la vie du clochard, car lui au moins peut traîner les rues. Alors qu’Amal ne peut pas. » Enn let pu le rwa, explique encore notre interlocuteur, « est une réflexion, un hymne à la liberté. C’est ce que l’on ressent à travers le regard d’Amal. »
Anon Payendee explique avoir passé « trois mois sur la traduction et l’adaptation de Post Office en version kreol. » Huit autres comédiens, hormis Anon Payendee et Dylan Latchman, seront présents sur scène. La soirée de gala de Enn let pu le rwa aura lieu le jeudi 15 octobre au théâtre Serge Constantin. Une reprise est prévue le lendemain à 14 h. Deux autres représentations sont programmées les 19 et 20 octobre à 19 h au même endroit. Les billets sont à Rs 200 chez Otayo.