Après dix jours de méditation, de pénitence et de sacrifices, des pèlerins, toutes communautés confondues, convergeront demain vers les temples du pays en vue de solliciter la bénédiction du dieu Muruga. La police a prévu des déviations routières à travers le pays, surtout à Quatre-Bornes et à Port-Louis, où les dévots se rendront en grand nombre au temple Sockalingum Meenatchee Ammen, route Nicolay.
Le Thaipoosam Cavadee met fin à dix jours de jeûne qui a débuté avec le Koddi Ettram (le lever du drapeau).
Durant ces jours de sacrifices, les dévots se sont rendus tous les soirs dans les Kovils pour assister à des prières dites en l’honneur du dieu Muruga. Les fidèles s’activeront ce soir à l’assemblage de l’ossature en bambou du cavadee décoré de fleurs et de photos de divinités hindoues qu’ils porteront en procession demain pour rendre hommage au dieu Muruga, le fils de Shiva et de Parvati. C’est le jour de cavadee que le Dieu Muruga a reçu le Shaktivel (lance sacrée) des mains de sa mère Parvati. Cet objet lui permet de combattre, de lutter contre les maladies, entres autres. Certains dévots se feront percer la langue et le corps avec des vels alors que d’autres porteront un bandeau de tissu sur la bouche.
Durant ces dix jours de sacrifice, les dévots dorment à même le sol, observent un régime végétarien. Ce jeûne purifie l’âme et le corps et apporte la paix intérieure.
Les fidèles se rendront demain aux Kovils avec du lait qu’on verse dans les Sombous (petits récipients en cuivre) attachés à la base de deux extrémités de la structure en bambou ou dans des coudams portés sur la tête. Une partie du lait est versée sur les pieds de Muruga. Le reste du lait est béni et remis aux fidèles. Samedi, le onzième jour, est prévue la descente du drapeau, codi-irrakum qui marque la fin du jeûne.
Selon un chef religieux tamoul interrogé ce matin, Muruga est né du troisième oeil de Shiva, « à partir de la fusion de six étoiles ».