L’opéra chinois The Legend of kung-fu a tenu toutes ses promesses. Entre scènes de combats époustouflants, dignes des plus grands films d’arts martiaux, mouvements intenses du kung-fu et acrobaties exécutées à l’aide du bâton, du nunchaku et d’autres outils d’arts martiaux, le public s’est régalé.

En un peu plus d’une heure et trente minutes, le Huo Yuanjia Martial Arts School of Tianjin a présenté un spectacle sublime, mêlant habilement grâce et haute voltige. Le tout issu d’une belle rencontre entre l’opéra et le kung-fu. La danse est en osmose avec la précision des arts martiaux, donnant lieu à un show spectaculaire.

Sur la scène, les dix champions du monde de kung-fu et la cinquantaine d’adeptes d’arts martiaux, incluant des Mauriciens, ont livré une superbe prestation. Au programme : sauts vertigineux, réflexes impressionnants dans les esquives et prises de kung-fu rapides et captivants. Le spectacle est éblouissant. On se délecte en découvrant chaque nouvelle acrobatie, tout en ayant une certaine crainte que les acteurs se fassent mal.

Divisé en cinq actes, le show prend le public par les tripes. Les scènes de mouvement, qui constituent la majeure partie du spectacle, sont entrecoupées d’apartés émotionnels et explicatifs, traduits en français sur les écrans, permettant au public de bien comprendre l’histoire. En l’occurrence celui de Huo Yuanjia, l’un des plus grands maîtres de kung-fu, qui a écrit sa légende dans les années 1800.

Les décors nous transportent dans la Chine de l’époque, avec des bâtiments traditionnels et des lieux pittoresques, à l’instar des forêts au crépuscule et les paysages montagneux. Les acteurs dans leurs habits aux couleurs traditionnelles sont beaux à voir. Couleurs vives et sombres s’entremêlent pour donner un spectacle visuellement sublime. Le tout accentué par une musique tantôt émouvante, tantôt haletante.