D’aucuns, qui pensent que l’écriture de Malcolm de Chazal est hermétique, sont invités à venir découvrir la philosophie de l’homme à travers une pièce à la fois comique et satirique. « Guerre dans Mars », jouée pour la première fois, mardi dernier, à l’église de la Nouvelle Jérusalem, à Curepipe, le sera de nouveau les mardi 24 septembre à Rose-Hill et vendredi 27, à Curepipe.
« Guerre dans Mars » est une pièce de théâtre récemment découverte et portée à la Fondation Malcolm de Chazal. Elle raconte une histoire qui se passe en 2115 entre les Terriens et les Martiens. Ce texte qu’on croyait perdu à jamais — car du propre aveu de l’auteur, dans Sens unique (1974, page 12), il affirmait : « J’ai brûlé ainsi une armoire de manuscrits à la Cambuse sur la côte Sud-Est ; dix pièces de théâtre (dont Guerre dans Mars, Les Atlantes, Moise, Pythagore, Napoléon, Hermès, etc.) —, est mis en espace par une vingtaine de comédiens locaux.
C’est dans décor minimaliste que les comédiens ont évolué mardi dernier à l’église La Nouvelle Jérusalem, Rue Remono, Curepipe, pour conter cette histoire dont le but suprême des Terriens est de conquérir Mars après qu’ils aient fait de la Terre « une vaste confédération mondiale fonctionnant en Soviet suprême et dirigée par un dictateur tout puissant ».
Une histoire qui pourrait paraître absurde pour certains mais qui renvoie tout un chacun à une reflexion sur soi, sur le devenir de la Terre et bien sûr sur ses limites, à travers un humour propre à Chazal. On côtoie dans cette pièce la pensée chazalienne, sa philosophie d’« unisme » qui permet aux Martiens, de par « leur intelligence, la pureté de leurs objectifs et leur simplicité, de construire un art de vivre en symbiose totale avec la nature ».
La pièce se termine sur une note d’espoir …
De par leur jeu de scène et la lecture qu’ils ont fait du texte, les comédiens ont réussi à tenir en haleine les spectateurs présents pendant les 80 minutes. Point d’artifice pour les costumes. Les Terriens étaient habillés de la même manière, sauf pour la fille du dictateur, et les Martiens en avaient aussi les leurs à l’exception du chef qui était habillé en or. Une couleur qui renvoie à la pureté du soleil, un élément phare des écrits de Malcolm.
« Guerre dans Mars » est une pièce qui mérite d’être vue et connue par les Mauriciens tout comme l’oeuvre de Malcolm, un génie que le monde reconnaît mais qu’on ne connaît pas encore assez à Maurice.
Entrée gratuite.