Avec un associé (Gérard Bouic), cet homme a racheté la filiale de consultanat ressources humaines de DCDM. Depuis fin janvier, Thierry Goder est directeur de Talentaris, entreprise spécialisée dans le recrutement, le consulting et le management. Il raconte à Scope l’histoire d’un gamin orphelin de père et d’un tourneur, aujourd’hui devenu chef d’entreprise et président de Caritas île Maurice.
Sa mère venait de prendre de l’emploi dans une usine textile. Elle se retrouve veuve à 39 ans, avec deux enfants à sa charge. Thierry Goder est alors engagé auprès de la paroisse vacoasienne de Notre Dame de la Visitation. Au décès de son père, il est entouré d’amis plus âgés, dont feu le père Michel d’Arifat. Il est le seul homme de la famille et décide de prendre les choses en main pour venir en aide à sa mère (qui travaillait quasiment douze heures par jour) et à sa soeur cadette. Tout commence ainsi.
Au mitan des années 80, avoir un SC ou un HSC ne garantit pas de trouver du travail, contrairement à une formation professionnelle. Le jeune homme entame donc des études au collège polytechnique Saint Gabriel, à Sainte Croix. “Je me suis dit que je devais apprendre un métier pour gagner ma vie plus tard et aider ma maman.” Il obtient après trois ans un Brevet d’Études Professionnelles (BEP) en tournage et fraisage. Le téléphone ne tarde pas à sonner. Son premier job venait à lui sans même que le technicien formé par les frères français de Saint Gabriel n’ait à passer un entretien. Car on avait alors besoin de techniciens.
Formateur.
Il rejoint par la suite l’entreprise d’un certain Alain Chan Cheong. Ce dernier avait parrainé ses études à Saint Gabriel. Une pratique courante pour venir en aide à ceux dont les parents ne peuvent subvenir aux frais d’écolage. Six années plus tard, le technicien en tournage et fraisage monte son propre atelier, qui rencontre cependant un succès moyen. Thierry Goder est alors engagé comme chef d’atelier dans une autre entreprise.
Pendant tout ce temps, un rêve mûrissait en lui : devenir formateur à Saint Gabriel. “J’ai vu comment les frères français enseignaient avec cette envie de partager leur savoir en toute gratuité. Je me suis dit que j’aurais aimé un jour être moi aussi à Saint Gabriel… Et l’école m’appelle, et me demande si j’aurais aimé être formateur !”
Thierry Goder réalise un rêve. Pendant un an, il forme des étudiants en fabrication mécanique. Après quoi, on le sollicite pour monter et pour prendre avec un autre collègue la responsabilité d’un département de relations publiques au collège, calqué sur le modèle de l’industrie sucrière. “Je suis formé par Jacques Dinan qui, à l’époque, est le guru en relations publiques à Maurice.”
Parallèlement aux relations publiques et à l’administration, Thierry Goder continue à former des élèves, à qui il dispense des cours en science sociale, leur expliquant comment écrire un CV et comment se présenter à un entretien. Loin de se douter de ce que lui réserve l’avenir.
Recrutement.
Thierry épouse Claudile en 1999. Il est à peine marié que le destin l’appelle une nouvelle fois au téléphone. Un appel du département de recrutement de DCDM. On souhaite le recruter pour faire du recrutement : DCDM voulait un technicien qualifié qui puisse poser des questions techniques à des techniciens qui doivent occuper des postes à pourvoir. On propose concrètement au formateur du collège Saint Gabriel un poste de consultant en recrutement. Il est embauché après trois entretiens et acquiert de l’expérience dans le domaine.
Arrive le jour où son responsable d’équipe doit être muté à l’étranger. Ce dernier lui demande de prendre la direction des opérations. Il accepte, sans savoir que Gérard Bouic (qui est alors son supérieur hiérarchique, aujourd’hui son associé), lui demanderait, par la suite, de prendre la direction générale du service de recrutement.
Thierry Goder est nommé Manager à 35 ans. Il suit dans la foulée une formation poussée de formateur agréé de Development Dimensions International (DDI) et devient à même d’évaluer des candidats en entretien. Il obtient la certification pour être formateur agréé en technique d’entretien. Avoir un tel outil en main permet à un responsable de recrutement de cerner un candidat à l’embauche. Outre les compétences et les talents d’une personne, elle sera évaluée sur son vécu et ses accomplissements. “Past behaviours predict future behaviours.”  
Social.
Thierry Goder est entre-temps passé Senior Manager chez DCDM. Sous les recommandations de Gérard Bouic, la possibilité lui est offerte de devenir un associé du service de recrutement. Qui est aujourd’hui connu sous l’appellation Talentaris. “Nous faisons ce métier parce que nous croyons en la personne humaine et en ses qualités. Aujourd’hui, les chefs d’entreprise réalisent que l’humain est au centre de leurs préoccupations. Gérer le capital humain et le motiver représente pour nous un challenge extraordinaire.”
À 42 ans, Thierry Goder est aussi investi dans le social, au titre de président du conseil d’administration de Caritas île Maurice. Il apporte savoir, savoir-faire et talent pour structurer davantage l’organisation afin d’aider ceux qui en ont besoin, car personne n’est infaillible. “Comme me le dit le responsable de l’abri de nuit : chacun parmi nous est un client potentiel des abris. Car on ne sait pas ce qui peut arriver demain. J’essaie d’apporter humblement ma contribution.”
Thierry Goder n’oublie cependant pas Kinouété. Il assure six sessions de formation annuellement aux prisonniers dans des centres de détention afin de révéler le meilleur d’eux-mêmes.