L’attente a été longue pour les employés bangladeshis de l’usine Thunnan Creations Ltd, qui ont campé toute la journée d’hier devant la Victoria House, siège du ministère du Travail. C’est en fin de journée qu’ils ont appris que leurs problèmes  seraient résolus, cela après une nouvelle garantie d’un représentant de l’usine de textile, en présence du ministre du Travail Soodesh Callichurn.
Vingt-huit travailleurs bangladeshis de l’usine de textile Thunnan Creations Ltd, située à Poste-de-Flacq, avaient entamé une grève, mardi et mercredi dernier, pour protester contre le non-paiement des salaires de mars et d’avril et le non-paiement de la compensation salariale obligatoire de Rs 600 depuis janvier 2015. Mercredi, ils ont sollicité l’aide du ministère du Travail, et le directeur de l’usine, Pradeep Thunnan, fut convoqué pour fournir des explications. Lors d’une rencontre en présence d’un haut cadre du ministère, le directeur de l’usine s’était engagé à verser le salaire de mars le lendemain, celui d’avril le 21 mai et celui de mai à la fin du mois. Les employés avaient ainsi accepté de reprendre le travail.
Jeudi après-midi, seuls neuf travailleurs avaient obtenu leur salaire de mars. Les autres travailleurs, inquiets et remontés que leur employeur n’ait pas respecté sa parole, se sont rendus une fois de plus à la Victoria House hier matin pour voir de quoi il en était. Durant l’attente, certains ont confié au Mauricien que leur salaire servait à subvenir aux besoins de leurs proches au Bangladesh. « J’ai un bébé de huit mois qui n’a plus de lait. Je n’arrive pas à envoyer de l’argent à ma famille dans mon pays », déclare l’un d’entre eux. D’autres nous font comprendre que la “meal allowance” n’avait pas été payée et qu’ils se retrouvaient à compter sur la générosité de leurs collègues pour partager la nourriture. Le porte-parole de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), Atma Shanto, n’a pas manqué de critiquer la direction de la compagnie pour le non-respect d’un premier engagement donné par le directeur de l’usine lors de la réunion de mercredi. « Ces travailleurs sont des humains, pas des outils de productivité », a-t-il lancé. Soulignons par ailleurs que l’électricité, qui avait été coupée dans un de leurs dortoirs situés à Poste de Flacq, a été rétablie jeudi soir.
Intervention du ministre Callichurn
Hier, c’est le ministre du Travail Soodesh Callichurn qui a présidé une réunion tripartite entre un groupe d’employés, le négociateur Atma Shanto et le représentant de la compagnie, Neermal Soburrun. Ce dernier a garanti que les salaires de mars seraient versés le mercredi 20 mai, ceux d’avril le 27 mai et les salaires de mai à la fin du mois, incluant l’augmentation salariale de Rs 600. Quant aux arrérages de l‘augmentation salariale obligatoire en vigueur depuis janvier, le paiement devrait être fait à la mi-juin. Le représentant de la compagnie a également agréé au paiement de la “meal allowance” aux employés concernés. Selon nos recoupements, le ministre du Travail a fait comprendre à l’employeur que l’usine était coupable de “breach of contract” en privant les employés bangladeshis de leurs salaires. Après cette semaine mouvementée, les travailleurs devraient reprendre le travail aujourd’hui.
Dans une déclaration au Mauricien en début de soirée hier, Neermal Soburrun, le représentant de Thunnan Creations Ltd, devait que concéder que la direction de l’usine « acceptait ses torts ». Il a soutenu que la “poor performance” des travailleurs bangladeshis avait eu un impact sur la productivité de l’usine et qu’elle n’avait pu honorer ses contrats, ce qui aurait a influencé la décision de non-paiement des salaires. Il a toutefois déclaré que le non-paiement de la compensation salariale serait dû à « une erreur de la comptabilité ».