Le e-Government est le moyen idéal pour fournir de meilleurs services aux citoyens et aux entreprises, estime le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), qui intervenait à un atelier de travail destiné à valider le contenu de l’ébauche de la e-Government strategy 2013-2017. Tassarajen Pillay Chedumbrum promet que le GM va intensifier ses efforts d’informations dans les domaines prioritaires. Il annonce également que près de vingt e-payment et m-payment services seront opérationnels d’ici fin septembre prochain, conformément à une des stratégies énoncées dans la e-Government strategy susmentionnée.
L’ébauche de la e-Government strategy 2013-2017, présentée en juin dernier aux stakeholders, a été validée jeudi, durant un atelier de travail à Ébène. Le document contient plusieurs recommandations comme un marketing et une sensibilisation accrue des e-services et du portail du gouvernement (gov.mu), la mise sur pied d’un comptoir des services en ligne et des m-services en vue d’assister les citoyens à leurs utilisation, la mise en oeuvre des 13 nouveaux e-services définis selon l’ordre de priorité des citoyens, la mise en oeuvre d’un SMS-based Disaster Alerting System en cas de catastrophes, la proposition d’une Data Sharing Policy, ou encore la promotion des transactions en ligne utilisant les Digital Signatures. Le GM envisage également de mettre sur pied un Government Call Centre afin de dispenser des informations sur les services gouvernementaux et exploiter l’utilisation des services mobiles en offrant des facilités de e-payment et de m-payment. Environ neuf e-payment et neuf services m-payment seront déployés d’ici fin septembre, a annoncé le ministre des TIC. Autant que possible, a-t-il ajouté, des m-services seront développés pour tous les e-services du gouvernement.
Au terme d’une enquête du Central Informatics Bureau (CIB) sur les besoins des citoyens mauriciens, des entreprises et du gouvernement en matière de services gouvernementaux en ligne, ciblant 880 ménages répartis à travers l’île, une liste de priorités de e-services a été établie. Ceux qui seront lancés l’année prochaine sont Application for driver’s license (excluding learner’s license), Application for admission to schools/colleges, Application for Mauritian passport, Facility to effect electronic payment for Government services, Application for obtaining a copy of birth or marriage certificate, Facility to enrol as elector, Online publication of examination results, Application for building permit e. g. Residential, Registration of motor vehicles, Facility to request for transfer of students, Application for an appointment at a public hospital, Facility to make declaration of theft to the police et Application for obtaining a Certificate of Character. Ces services qui font partie des recommandations de la nouvelle stratégie du gouvernement, dit Tassarajen Pillay Chedumbrum, visent à améliorer confort des citoyens. Le ministre, qui intervenait à l’ouverture de l’atelier de travail, espère que Maurice se classera parmi les 50 premiers pays en termes de UN e-Government Index (Maurice est actuellement classée 93e).
Le gouvernement, promet-il, intensifiera ses efforts d’informatisation dans les domaines prioritaires comme dans l’éducation avec des initiatives pour doter les collégiens de tablettes numériques, l’amélioration de la connectivité dans les écoles et équiper celles-ci du logiciel d’administration scolaire.
La stratégie du GM en matière d’e-Government veut aussi promouvoir le concept de One Stop Shop, ayant recours au réseau de 114 bureaux de poste pour la prestation de services gouvernementaux. Les citoyens pourront ainsi faire la demande d’un service à travers un bureau du gouvernement ou en appelant au bureau de poste le plus proche de leur lieu de résidence. Dans le cadre d’un projet pilote, la Poste pourra effectuer la livraison à domicile de documents officiels comme des copies de certificats de naissance. « Cette initiative est conforme à la politique de décentralisation des services publics et permet d’atteindre les objectifs de démocratisation de l’accès aux services », affirme Tassarajen Pillay Chedumbrum.