Tassarajen Pillay Chedumbrum, ministre des Technologies de l’information et de la Communication, a convié vendredi après le Conseil des ministres, la presse au Air Mauritius Building à Port-Louis. Il a annoncé que la National Broadband Policy (NBP 2012-2020) avait été validée.
Promesse tenue. Le paysage des télécommunications devrait connaître prochainement les premières phases de sa « métamorphose ». Selon le ministre des Technologies de l’information et de la Communication (Tic), Wi-Fi Mauritius verra le jour « au plus tard vers la mi-mars ». Tassarajen Pillay Chedumbrum a aussi confirmé que l’Information Technology, Communications and Telecommunications Authority (ICTA) avait désigné l’opérateur.
C’est la société DCL qui a décroché le contrat. « Dès mardi DCL pou komans travay lor sa projet-la », a indiqué le ministre. Cinq municipalités et cinq conseils de district sont concernés par Wi-Fi Mauritius. Les habitants de Port-Mathurin à Rodrigues devraient également bénéficier d’une zone de Wi-Fi gratuit.  
Tassarajen Pillay Chedumbrum a aussi souligné que l’ICTA travaille actuellement sur la mise en place de la technologie PKI, soit un procédé de signature digitale permettant de retracer la provenance des courriels. « PKI pou vinn sekiriz communication lor internet. Pou nepli fasil avoy bann mails anonym. »
Les objectifs du NBP 2012-2020 ont aussi été définis. Parmi :
– Au moins 60 % des maisons devraient avoir accès aux vitesses réelles de téléchargement d’au moins 10 Mbps et aux vitesses réelles de transmission d’au moins 5 Mbps d’ici 2014.
– D’ici 2020, tous les foyers devraient avoir accès au téléchargement de 100 Mbps.
– D’ici 2020, chaque établissement public (école, hôpital, etc) doit avoir accès au service à large bande d’au moins 100 Mbps.
Concernant la saga Mauritius Telecom, Tassarajen Pillay Chedumbrum a déclaré au Mauricien qu’il était « cool pour le moment ». Le ministre a cependant précisé attendre la décision du comité de direction en février, rencontre qui devrait sceller le sort des technical assistants dont les contrats devaient être interrompus.
Le ministre a aussi demandé aux membres mauriciens du comité de direction de faire entendre leur voix tout en espérant la fin du feuilleton le mois prochain. « Maurice ena 60 % dan MT », a-t-il ajouté. Tassarajen Pillay Chedumbrum a ainsi souhaité que la balance finisse par pencher en faveur « de ceux en situation précaire ».