Le ministère de la Technologie, des Communications et de l’Innovation a obtenu le feu vert du gouvernement pour la mise en oeuvre du National Open Source Action Plan (NOSAP) pour l’installation de la politique nationale en matière de logiciels Open Source, la National Open Source Policy (NOSP) et de la National Open Source Strategy (NOSS). Son implémentation est estimée à Rs 24,4 millions.
L’objectif est de créer un environnement propice à l’adoption, le développement et l’utilisation généralisée de logiciels Open Source dans les secteurs public et privé, de l’éducation, ainsi que parmi la société civile. Selon le ministre Etienne Sinatambou, le National Open Source Action Plan présente un projet de quatre ans qui visera à améliorer l’écosystème des TCI à Maurice et à mettre en oeuvre l’Open Source Software Program (OSSP), dont l’objectif principal est de soutenir la transition vers l’adoption de logiciels Open Source (OSS) à Maurice.
Un logiciel Open Source (OSS) est un programme informatique dont le code source est distribué sous une licence dans laquelle le titulaire du droit d’auteur permet à quiconque de lire, modifier ou redistribuer ce logiciel à tous et à toutes fins. L’Open Source est davantage tourné vers un objectif de développement collaboratif et public. Les logiciels Open Source sont d’autre part considérés comme un levier pour le développement de la société de l’information et pour améliorer la compétitivité de l’économie. Ils sont également envisagés comme un moyen de contrer les obstacles financiers et techniques pour accéder à de nouvelles technologies, qui sont en constante évolution.
La mise en oeuvre du National Open Source Action Plan devrait se faire sur quatre ans avec des coûts estimés à Rs 24,4 millions. Parmi les projets ciblés : la mise sur pied d’une plateforme commune de connaissances en logiciels Open Source et Cloud?; l’organisation du Mauritius Open Source Software Summit ayant, au long terme, une perspective régionale?; le soutien de la recherche académique sur l’OSS ou encore l’institution d’un laboratoire Open Source pour la recherche et les initiatives éducatives sur le sujet, entre autres.
Un “multi-stakeholder forum”, appelé Free and Open Source Society of Mauritius (FOSSM), sera mis sur pied en tant qu’initiative publique et privée conjointe et sera chargé de piloter l’implémentation du plan d’action. Ce forum verra la participation de plusieurs parties (gouvernement, professionnels du secteur de l’informatique, universitaires et représentants de la société civile) et aura également comme fonctions de susciter la sensibilisation sur les logiciels Open Source pour une utilisation à différents niveaux (institutions gouvernementales et éducatives, Petites et moyennes entreprises, secteur privé, secteur des TIC et communautés OSS) et également de promouvoir la recherche et le développement dans ce domaine. Le National Computer Board (NCB) mettra en place une unité dédiée, le National Open Source Excellence and Competency Centre (NOSECC), qui agira comme “executing agency” pour la mise en oeuvre du NOSAP.