L’International ICT-BPO Conference, qui se tient pendant trois jours, a été inaugurée hier par le ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ce dernier a vanté les performances économiques de Maurice, notamment en matière de TIC/BPO. L’événement, organisé par le ministère des TIC, en collaboration avec le Board of Investment (BOI) et Extensia Ltd, attire environ 250 délégués internationaux et locaux, dont des ministres des TIC de la Namibie, du Swaziland et de l’Ouganda, de même que des hauts cadres des gouvernements du Malawi et de l’Angola.
L’objectif de cette troisième édition de l’ICT-BPO International Conference qui se tient jusqu’à demain à l’hôtel Intercontinental Hotel, Balaclava, est de démontrer l’expertise, les connaissances et les meilleurs pratiques de Maurice pour faire des TIC un des piliers centraux de l’économie. Les discussions tournent pendant trois jours autour de l’élaboration d’une stratégie pour l’exportation des services et solutions TIC/BPO aux pays d’Afrique et ceux de la région. Au cours de la manifestation, des tables rondes entre ministres africains des TIC sont au programme, sans compter une série de rencontres entre les délégués étrangers et les entrepreneurs locaux sur les opportunités d’affaires.
Dans son discours à l’ouverture de la conférence hier, Tassarajen Pillay Chedumbrum a évoqué la performance de Maurice dans des classements internationaux (le Doing Business Report de la Banque Mondiale, le MO Ibrahim Index, A.T. Kearney, entre autres). Maurice, a affirmé Tassarajen Pillay Chedumbrum, s’est fait un nom dans le domaine des TIC. Le ministre n’a pas manqué de souligner les mesures gouvernementales, plus particulièrement celles annoncées lors du discours du Budget 2014, telles que la baisse de l’IPLC par 16 % en janvier 2014 et le projet Fibre-to-the-home qui prévoit de connecter 8 000 familles à la fibre optique. Selon le ministre, « Mauritius is well ahead of most countries in the African continent on Digital Terrestrial Broadcasting Migration and we are fully engaged to review our legislation on Spectrum Management to allow for the prompt and accelerated roll out of 4G and LTE services ».
Devant les participants à la conférence, le ministre a également fait part des mesures budgétaires relatives à l’investissement en Afrique comme la création d’un Mauritius-Africa Fund à hauteur de Rs 500 million sur les cinq prochaines années ou encore l’organisation de six conférences de haut niveau par le Board of Investment (BOI) pour mettre en avant Maurice comme un trusted partner. « These conferences will serve the triple objectives of reinforcing our good image, strengthening economic cooperation, and promoting our financial and business services », a-t-il déclaré.
Tassarajen Pillay Chedumbrum devait élaborer sur le potentiel et le développement des TIC en Afrique, faisant mention des cables sous-marin à fibre optique ou encore des prévisions concernant le marché des smartphones, dont le nombre dépassera les 400 millions en 2018. Pour le ministre, il est impératif que les pays d’Afrique saisissent l’opportunité qu’offrent la baisse des coûts des télécommunications et la connectivité broadband pour accentuer les « cultural, language and historical affinities » pour non seulement bâtir un secteur des TIC/BPO solide sur le continent, mais aussi pour assurer une complémentarité entre les pays. Le ministre a également souligné le fait que Maurice figure parmi les premiers pays d’Afrique à avoir élaboré une National Broadband Policy, comme recommandé par l’International Telecommunication Union.