Maurice et les États-Unis envisagent de conclure dans les prochains mois leurs discussions sur un traité bilatéral de l’investissement et se proposent d’engager des discussions profondes sur la forme et le contenu d’une nouvelle Africa Growth and Opportunity Act (AGOA) après l’expiration du présent programme prévue pour 2015. C’est ce qui a été annoncé hier après-midi par les chefs des délégations mauricienne et américaine, respectivement Anund Neewoor (secrétaire aux Affaires étrangères) et Demetrios Marantis (adjoint du United States Trade Representative) à l’issue de la cinquième réunion du conseil du Trade and Investment Framework Agreement (TIFA) à l’hôtel Intercontinental.
Les responsables des deux délégations se sont félicités de l’excellence des relations mauriciano-américaines, de l’atmosphère amicale qui a prévalu tout au long des travaux du conseil et des résultats positifs qui ont été dégagés. Anund Neewoor a d’emblée soutenu que le processus du TIFA est très important pour les deux pays en vue de renforcer leurs relations tant au niveau commercial qu’à celui de l’investissement. Le secrétaire aux Affaires étrangères a indiqué que Maurice a proposé la signature en avril d’un traité sur l’investissement et a dans la foulée suggéré à l’administration américaine la tenue d’une séance de vidéoconférence exclusivement réservée à la question de traité sur l’investissement. Maurice s’est dit même disposé à accueillir une délégation américaine pour régler tous les points en suspens concernant un tel traité. Du côté américain, on laisse entendre que l’administration est en train de revoir le modèle d’un Bilateral Investment Treaty (BIT) et que le texte final sera soumis le plus tôt possible aux autorités mauriciennes.
Les délégations mauricienne et américaine ont passé en revue le développement du commerce de produits agricoles et de l’agro-industrie. Maurice a été encouragée dans ses efforts de diversification de ses exportations de produits agricoles sous l’AGOA vers les États-Unis. Les deux parties ont étudié le potentiel d’exportation du miel produit à Rodrigues et ont convenu que des agences spécialisées américaines peuvent aider les producteurs mauriciens à s’assurer que leurs produits répondent aux normes d’importation américaines.
La coopération bilatérale dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) a été également évoquée lors de la session de travail. Les TIC, a soutenu Anund Neewoor, sont considérées comme un « powerful tool for development » et les Américains ont exhorté Maurice à se pencher sur des possibilités d’une collaboration étroite dans le domaine de l’e-education.
Vidéoconférence
« Mauritius and the US agreed to expedite the finalization of an agreement on ICT Principles, which shall be give a powerful signal to investors in this area », a par ailleurs annoncé le secrétaire aux Affaires étrangères. Anund Neewoor a indiqué qu’une vidéoconférence sera axée sur le sujet. Dans le même contexte, Maurice et les États-Unis comptent étudier les opportunités de commerce des déchets de produits électroniques.
Sur la question des droits de propriété intellectuelle, la partie américaine a invité les compagnies mauriciennes et les institutions concernées à participer à l’Africa Intellectual Property Forum qui se tiendra en avril à Cape Town en Afrique du Sud. Les deux délégations ont aussi discuté des programmes de développement des capacités concernant les droits de propriété intellectuelle. Maurice et les États-Unis ont en outre décidé d’inclure les services comme secteur prioritaire dans leur prochain plan de travail du TIFA et de se pencher sur l’ébauche d’un accord de facilitation du commerce.
Demetrios Marantis a quant à lui réaffirmé hier après-midi qu’il y avait un engagement ferme de l’administration américaine pour obtenir le renouvellement de la dérogation du Third Country Fabric sous l’AGOA. Il a annoncé que le texte de loi portant sur le renouvellement a été introduit au Congrès américain.
« The US Administration fully supports the renewal of the Third Country Fabric provision which is vital to the African textile and apparel industry and optimism was expressed to its renewal before its expiration in September 2012 », a fait ressortir Anund Neewoor.
Pour ce qui est de l’extension de l’AGOA au-delà de 2015, les délégations mauricienne et américaine ont décidé d’engager des discussions approfondies sur le contenu d’une AGOA post-2015 et tiendront à cet effet une vidéoconférence.