Présenté sure la scène du Mahatma Gandhi Institute ces deux derniers week-ends, Tikoulou et le Souffle magique prend fin aujourd’hui avec une dernière représentation à 15 heures.
Avec les personnages préférés des enfants dans la série Tikoulou, la chorégraphie d’Eva Caillé et Thabo Legrand, c’est une histoire dansée et chantée, une leçon originale et ludique d’amitié et de découvertes. L’auteur du scénario, Bertrand d’Unienville, a pris le soin de revisiter la version papier des personnages tout en en inventant de nouveaux: Grand-mère Minette (interprétée par Sandrine Raghoonauth), Marylou-fée (Torin Karidi), Le Paille-en-queue noir (Gonaël Labiche), le papillon de Grand-mère Minette (Coralie Harel) et Monsieur Lafleur (Jake François).
Entre rêve et réalité, la mise en scène emporte le clan des amis de Tikoulou et les personnages de son univers fantastique dans un ballet poétique magique et anime avec gaieté les personnages de papier de Henry Koombes et Pascale Siew. Sur scène, un magnifique décor des enfants du Mahebourg Espoir Education Centre et des costumes colorés d’Émilien Jubeau et de Florence Draschler font voyager le spectateur dans un monde où se mêlent l’imaginaire et l’insouciance de l’enfance. Tout double ou même triple de volume: des pailles en queue et papillon géants dans le jardin merveilleux de Grand-mère Minette, des paniers de fruits gigantesques et des balances pour fruits et légumes humaines qui se promènent librement au “Nutibazar”… Tikoulou et le Souffle magique met en exergue la protection de l’environnement à travers les leçons de Grand-mère Minette, de même que les valeurs telles que l’amitié.
Un spectacle original, basé sur la série Tikoulou de Henry Koombes et Pascale Siew, qui a cependant laissé perplexes de nombreux spectateurs. La narration assurée par le guitariste Emmanuel Desroches dans la peau de Ton Palab n’a toutefois pas suffi à une compréhension totale de la trame de l’histoire, d’autant que les différents personnages n’avaient aucune réplique. Par ailleurs, le personnage principal de Tikoulou est très peu présent sur scène. Mais l’ambiance chaleureuse et joviale qui règne a su, malgré les petits bémols, transporter le public dans ce spectacle où se mêlent ballet et body tap. Et les artistes se sont montrés à la hauteur, les petits comme les grands, en incarnant à merveille leurs personnages.
Pour rappel, on retrouve sur scène David Duruth et Jazzy Christophe dans le rôle de Tikoulou, Emilio Ferry et Ryan Pynam dans celui de Gromarto, Joachim Calotte dans celui de Matapan, Mayline Lai Cheong dans celui de Kasskott, Torin Karidi dans celui de Marilou-Fée et Jake François, respectivement dans le rôle de M. Lafleur. Dans le rôle de Grand-mère Minette, Sandrine Raghoonauth a encore une fois montré ses talents de comédienne, convaincante dans le rôle d’une vieille femme. Saluons la performance de Kurty Geneviève dans la peau du chien Dimoune et celle d’Emmanuel Desroches, qui a assuré la narration en chantant et en jouant de la guitare pour interpréter Ton Palab. Et n’oublions pas la musique de Richard Beaugendre.