La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) est montée au créneau  pour dénoncer ce qu’elle qualifie « d’abus injustifiable ». Comme fait ressortir Reeaz Chuttoo, président de la CTSP, il est « inadmissible » d’avoir à payer pour utiliser les toilettes du Jardin de la Compagnie.

Il dénonce l’abus de la municipalité de Port-Louis à cet effet et prévoit de mettre en place une plateforme. « Prosenn letap, nou pou demann dimounn manifeste avek enn po dan lame. Nou pe retourn lepok lontan », dit-il. Reeaz Chuttoo estime que « ce n’est pas normal de devoir payer pour utiliser les toilettes dans un lieu public ». Il poursuit : « Nou parmi bann pei kot to diabet for. Kouma dimounn pou fer ? Eski bizin retenir zot pou fer zot bezwin ? Et si zot pena Rs 10, zot pa pou kapav al twalet. Zot pe dir “kan peye, twalet pou res pli prop”. Lapropte li bizin existe partou. La zot pou al fors dimounn al fer zot bezwin presan derier Jardin de la Compagnie », martèle Reeaz Chuttoo.

Il ajoute que le concept mis en place par la municipalité de Port-Louis « ne fait pas honneur » au pays. « Tou move desizion minisipalite pou reflet lor gouvernman », laisse entendre Reeaz Chuttoo.

Pour contester le paiement des toilettes publiques au Jardin de la Compagnie, Reeaz Chuttoo dit qu’une plateforme sera constituée et que, dans un premier temps, un courrier sera envoyé à la VPM et au ministre des Collectivités locales pour demander que la décision de la municipalité de Port- Louis soit revue. « Il faut que les toilettes publiques restent propres et gratuites », conclut Reeaz Chuttoo.