Le comité organisateur du pèlerinage annuel au tombeau du Bienheureux Père Laval accélère les préparatifs à une quinzaine de jours de cet événement. Le diocèse de Port- Louis célébrera cette année le 154e anniversaire de la mort de celui surnommé « L’apôtre des Mauriciens » ou « l’apôtre de l’unité » en raison de l’aspect rassembleur du pèlerinage.

L’édition 2018 ayant lieu en week-end, le comité organisateur s’attend à accueillir environ 175 000 pèlerins les 8-9 septembre. « Nous nous sommes pris bien à l’avance et nous bouclons les préparatifs. En nous basant sur les expériences des années précédentes nous pensons qu’environ 175 000 personnes viendront à Sainte-Croix durant le week-end du pèlerinage », a fait part au Mauricien le père André Sunassee, prêtre de la Congrégation du Saint-Esprit (à laquelle appartenait le Père Laval) et responsable du pèlerinage Père Laval.

« Il y a deux aspects à ce temps de préparation, d’une part le volet spirituel et de l’autre, tout ce qui a trait aux choses pratiques », a-t-il expliqué. Et le père Sunassee de souligner la dimension « universelle » de ce pèlerinage par la présence de nombreux pèlerins d’outre-mer.

A ce sujet, il a évoqué la participation cette année de 500 pèlerins venus de l’île de la Réunion. Ces derniers animeront la messe de 10 h 00 le dimanche 9 septembre et laquelle sera retransmise en direct sur une des chaînes radio de la MBC. Ce pèlerinage 2018 a pour thème « Kouma Per Laval Zezi kont lor twa » et qui est en lien avec la dernière lettre pastorale de cardinal Piat intitulée « Jeune, Maurice compte sur toi ». « Le Père Laval a accompli sa mission envers les pauvres et il nous incombe aujourd’hui au sein de nos familles, dans nos écoles, dans nos activités professionnelles et sociales d’avoir une attention pour ceux qui ont besoin d’être aidés.

Cet appel « Zezi kont lor twa » s’adresse à tout le monde quelque soit notre âge pour donner un coup de main afin de relever les personnes en difficulté et pour faire régresser les problèmes sociaux dans le pays », a expliqué le père Sunassee au sujet du thème.

Chaque année, la messe de 20 h 30 le 8 septembre présidée par l’évêque de Port- Louis et retransmise en direct à la télévision est un des temps forts du pèlerinage. L’animation de cette messe cette année a été confiée au Service Pastoral Jeunes sous la responsabilité du père Laurent Rivet et l’homélie du cardinal Piat qui aura un message spécial aux jeunes ce jour-là est très attendue. Il est à souligner que lors de la dernière rencontre de la Conférence épiscopale de l’océan Indien (CEDOI) qui a eu lieu le mois dernier aux Comores, la place des jeunes au sein de l’Église a été largement abordée et les responsables de la Pastorale Jeunes de chaque diocèse de la région ont participé à ces travaux.

Le volet jeunes de cette dernière assemblée de la CEDOI s’insère dans le contexte du synode qui se tiendra à Rome dans deux mois et qui sera axé sur les jeunes, précisément sur le thème « La jeunesse, la foi et le discernement vocationnel ». Par ailleurs, cette année encore, les Mauriciens attendent des dernières nouvelles concernant le dossier de canonisation du Père Laval. Selon le père Sunassee, la collecte de « témoignages de reconnaissance » se poursuit et Rome attend toujours le miracle indiscutable pour permettre au Bienheureux Laval d’accéder au statut de saint.

Le père Bernard Hym, vice-postulateur de la cause de canonisation du Père Laval, rassemble depuis une année toutes les « lettres de reconnaissance » et qui sont en fait des témoignages émanant des Mauriciens de toutes les cultures et religions et des étrangers qui ont été de passage à Maurice et qui « ont mis leur confiance en Père Laval ». Selon le père Sunassee, il y a, à ce jour, quelque 500 témoignages de reconnaissance envers le Père Laval. Tant que le miracle n’est pas là, le père Hym continuera à rassembler les « témoignages ».