Alexandre Mayer (maillot bleu) et Christopher Lagane (maillot blanc) restent dans le coup sur le Tour de La Réunion

Le grimpeur Jérémy Barret s’est signalé, hier, au cours de la troisième étape, qu’il a remportée en solitaire avec 19 secondes d’avance sur le Mauricien Dylan Redy et 32 sur Christopher Lagane. Le maillot jaune, Corentin Ville, de l’Entente Outre-mer, n’a pas tremblé au cours de cette étape, même si Lagane a grignoté un peu de temps au général

La configuration reste inchangée pour le moment. Corentin Ville garde le jaune pour 37 petites secondes d’avance sur Christopher Lagane. Hier, la Team MCB a tout fait pour ramener son leader désigné dans les meilleures conditions. Ce qui se traduit par les résultats de la journée. Tactique payante ? On ne le saura que lors de la dernière journée, mais elle semble déjà porter ses premiers fruits. Toujours est-il que les Mauriciens devront travailler pour refaire ce mince retard, qui pourrait leur porter préjudice à la fin de la semaine. D’autant que Lagane reste sous la menace de Florian Villette, l’autre coureur de l’Entente Outre-Mer.

Hier, au terme d’un petit numéro, c’est Jérémy Barret qui est allé s’imposer devant la mairie de Petite Île. Le coureur signe ainsi sa première victoire d’étape sur le Tour de La Réunion, après deux participations infructueuses. « J’ai toujours été placé les années précédentes, mais je n’ai jamais pu l’emporter », dit-il dans les colonnes du JIR. Pourtant, il a lui aussi subi la loi du clan mauricien. « Ils sont sortis à quatre après la descente. Je les ai suivis, ils ont roulé, contrairement à moi. » Il prend au passage les trois Prix de la montagne en jeu et revêt le maillot à pois pour l’occasion. Si la victoire est belle, elle aurait pu avoir un goût amer hier. Après cinq kilomètres, une voiture heurtait le vainqueur du jour. Son directeur sportif, Jean-Claude Porcher, se faisait un sang d’encre dans la voiture. « Malgré sa chute, il parvient à rester dans l’échappée. »

À l’arrivée, la victoire n’en est que plus belle. Aujourd’hui, la quatrième étape voit les coureurs parcourir 78,4 km, entre la mairie de Petite Île et le Stade Kleber Picard. Un parcours relativement plat, mais avec une grosse difficulté, juste après le km 50. Suffisant pour creuser des écarts ?