Gustav Basson lève les bras pour montrer qu’il est le plus fort

Le Sud-Africain Gustav Basson (ProTouch) a remporté, hier, au terme d’une course de 81 km, sa quatrième victoire d’étape sur le Tour de Maurice, affirmant un peu plus sa domination sur une épreuve qu’il est quasiment sûr de remporter aujourd’hui. Et comme pour ses deux premières victoires, c’est au sprint qu’il s’est illustré.

Puissant, racé, Gustav Basson impressionne, mais ne se laisse pas faire. Hier, sur le circuit de Riche-en-Eau, le leader de la ProTouch n’a laissé filtrer que quelques rares échappées. Une seule, à vrai dire. Emmenée par le Sud-Africain Clint Hendricks, mais insuffisante pour donner des sueurs froides au maillot jaune. Même lorsque les fuyards ont compté plus d’une minute d’avance, le patron n’a pas paniqué. Au contraire, réunissant autour de lui ses lieutenants, il referme le trou et s’en va s’imposer, fendant l’air de son poing pour célébrer sa victoire.

C’est, en fait, en voulant faire gagner un de ses coéquipiers, James Fourie, victime d’une chute la veille, qu’il s’est retrouvé en position idéale. « Il roule comme un vrai champion. » La victoire d’étape, hier, n’était pas au programme. « On voulait seulement contrôler la course. Mais je dois dire merci à l’équipe, qui a été phénoménale. » Convaincant depuis le début de la semaine, Gustav Basson ne veut cependant pas crier victoire trop tôt. « Ce n’est pas encore fini. Il y a encore une étape demain (ndlr : aujourd’hui). »Et si l’envie lui prenait d’aller enlever une petite dernière pour la route ? « On ne sait jamais. On va faire la course et voir ce que ça va donner. »

Pour le classement général final, il faudra cependant attendre cet après-midi. Mais on sait déjà que le Mauricien Christopher Lagane aura un mal fou à remonter 41 secondes de retard sur son adversaire.« Il a été très fort. On ne peut pas avoir de regrets », avouait-il, hier, à l’issue de la cinquième étape. Michel Thèze, directeur sportif de la Team Maurice-MCB, abonde dans le même sens. « Christopher a fait ce qu’il fallait au contre-la-montre. Mais Basson était trop fort. »

Justement, c’est ce fameux chrono, hier matin, qui a anéanti toutes les chances locales. En s’élançant en dernier — privilège accordé au maillot jaune —, Gustav Basson n’a eu besoin que de cinq secondes pour s’offrir son premier Tour de Maurice. Attendant patiemment son heure dans la montée de Chamarel jeudi, puis, confiant sur l’étape chronométrée, Gustav Basson a tout fait exploser hier. Aujourd’hui, il peut être sûr, personne ne l’attaquera, même si Christopher Lagane garde encore un peu d’espoir. On n’attaque pas quelqu’un qui a imposé sa marque sur la course…

3e étape : Basson mate l’opposition
Le Sud-Africain Gustav Basson (ProTouch) a remporté, mercredi, tout en haut de Plaine Champagne, la troisième étape du Tour de Maurice, qui s’achève aujourd’hui avec un final à Bagatelle. Il a ainsi pris le maillot jaune de l’épreuve, avec lequel il devrait grimper, sauf incident majeur, sur le podium final, vers la mi-journée. Lorsqu’il attaque dans les lacets de Chamarel, on sent tout de suite sa science de la course. Une seule accélération aura eu raison de Grégory Lagane, alors maillot jaune. Ce dernier aura beau tenir tête, mais c’est un Basson aux grandes ambitions qui s’attaquera au mur de Plaine Champagne.

Christopher Lagane, dernier survivant d’une folle journée de course qui aura vu le maillot jaune changer d’épaules deux fois, a lui aussi tout donné dans la dernière partie de la course. À l’arrivée, l’écart au général est de 36 secondes. La ProTouch, impressionnante depuis le début du Tour, a confirmé que la licence de l’Africa Tour l’année prochaine est pleinement justifiée.

4e étape hier matin Basson à 44 km/h

Vainqueur mercredi à Chamarel, Gustav Basson a remporté, hier matin, le chrono individuel, long de 12,3 km en 16’40. Il a mis cinq secondes de moins que Christopher Lagane (MRI-MCB), pour passer la ligne d’arrivée et mettre la main sur son premier Tour de Maurice. « J’ai tout donné dans le chrono. Cela a suffi », admet le futur vainqueur du Tour. Christopher Lagane, lui, ne nourrit pas de regrets. « Faire second derrière Basson ne peut pas être un motif de regrets. Il est vraiment très fort », admet le leader de la Maurice-MCB. À la troisième place, on retrouve un autre Sud-Africain, Gregory de Vink, dans le même temps que Lagane (16’45). Jayde Julius (ProTouch), qui avait promis de se défendre au mieux sur le contre-la-montre, occupe le quatrième rang en 17’17.

6e étape, aujourd’hui : Jour de gloire

Le Sud-Africain Gustav Basson n’est qu’à 80 km du bonheur. Il devra, avec ses coéquipiers, soutenir les derniers soubresauts du peloton. Le départ de la dernière étape du Tour de Maurice 2018 sera donné à 10h. Le point de convergence sera le Trianon Convention Centre. De là, le peloton ira au rond-point de Valentina, puis Côte d’Or, L’Avenir jusqu’à Ripailles, en circuit. Les coureurs devront parcourir ce circuit en trois occasions, avant de rallier l’arrivée à Bagatelle. La cérémonie de remise de prix se tiendra à l’arrière du centre commercial. Rendez-vous aux alentours de 12h30 pour célébrer la fin du Tour.

Le baroud de Lincoln

S’il y a un coureur qui s’est fait discret depuis le début de la course, c’est bien Yannick Lincoln. Engagé avec son club, Moka Rangers SC-ENL, l’ancien vainqueur du Tour a tenté hier de surprendre son petit monde. Comme à son habitude. « Je ne peux pas avoir de regrets. Qui ne tente rien n’a rien », dit-il à l’arrivée. Cuit, l’ancien leader de la sélection nationale a toutefois montré qu’il avait encore du jus dans les jambes en partant à l’assaut des lacets de Chamarel dans une échappée matinale. « Le coup est parti. Il fallait suivre. » Lorsqu’il prend le virage le menant à Chamarel, il compte alors, avec l’échappée, 1’30 seconde d’avance sur un peloton où le maillot se retrouve bien au chaud.
Décryptage : il est au début de l’étape 10e au général, à 1’15 du leader. Son avance fait de lui le maillot jaune virtuel. Mais son effort, aussi monumental que la statue du Dieu Shiv à Grand-Bassin où il sera repris, s’avérera inutile. « À peine le groupe a-t-il refermé sur moi que ça repartait de plus belle ! » Il finira l’étape, fatigué. Mais son audace le verra prendre le départ de la journée avec le maillot rouge de la combativité sur les épaules. Sans aucun regret, puisqu’il reconnaît que le niveau est tout autre cette année. « J’ai tenté un hold-up. Mais les jambes ne sont plus les mêmes. »

Une pensée pour les Lagane, Christopher et Grégory, et Dylan Redy, qui se sont élevés au-dessus des difficultés. « Pour moi, Christopher est individuellement le plus fort. Mais Grégory a tenu le choc. Chapeau aux deux. » Comme un passage de témoin…


Ils ont dit

Gustave Basson (vainqueur de l’étape) : « Les efforts de l’équipe »
« Après l’étape de jeudi, j’ai dû rouler comme un champion et également pour l’équipe ProTouch. Avec mes coéquipiers, remporter cette étape n’était pas notre objectif, mais nous voulions contrôler le peloton et garder ce maillot jaune acquis avant-hier. Cette victoire n’est pas juste individuelle, car les efforts de l’équipe ont été phénoménaux. Sans une bonne équipe, c’est presque impossible de remporter un Tour. Il reste l’étape d’aujourd’hui à boucler. C’est difficile de dire que nous pourrions en remporter une autre. On fera en sorte d’être performants, comme les jours précédents, et de finir ce tour sur une note positive. »

Christopher Lagane (deuxième au général) : « Le Tour est bouclé »

« C’est toujours frustrant de ne pas gagner, mais ce n’était pas contre n’importe qui. Basson est un coureur costaud, il a fait plusieurs saisons en Europe et il a un gros niveau. Le regret viendra lors de l’étape de jeudi. Nous avons été attaqués de tous les côtés et vu que j’avais fait beaucoup d’efforts sur le plat, la dernière montée a été difficile. Pour moi, le Tour est bouclé, car ce sera vraiment difficile d’aller chercher 40 secondes. Le parcours d’aujourd’hui est plutôt plat. En plus, les Sud-Africains ont une grosse équipe. Mais si une opportunité se présente, l’équipe et moi, nous allons tenter notre chance. »

Michel Thèze (directeur sportif de la Team MCB) : « Nos jeunes tiennent vraiment la route »

« Il n’y a pas de regrets. Sur le contre-la-montre, Christopher a fait son boulot et lors de l’étape d’hier, il n’y avait pas grand-chose à tenter, sauf dans les derniers kilomètres, où on met un peu le feu aux poudres. Ce qu’on peut constater, c’est qu’autant nous avons été isolés jeudi sans l’aide de personne, autant hier il y avait au moins deux équipes sud-africaines qui ont fait une course tactique. On est battus par plus forts parce qu’ils sont mieux organisés, mais au niveau individuel, je confirme ce que j’ai vu sur ces trois ou quatre jours de course : nos jeunes tiennent vraiment la route face à des coureurs plus chevronnés. »