A peine les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) terminés, la sélection mauricienne se voit confronté à un nouveau défi : le 30e Tour de Maurice. L’objectif sera de maintenir la bonne tendance démontrée aux Seychelles. Yannick Lincoln, le leader de l’équipe, est dans une très bonne forme et peut prétendre à une troisième victoire sur le Tour. Pour réussir dans cette entreprise, il pourra compter sur ses coéquipiers Mike Chong Chin, Yolain Calypso, Pascal Ladaub et Hugo Caëtane qui ont fait montre de belles dispositions aux JIOI.
Ce qui saute aux yeux quand on jette un oeil au parcours de ce Tour 2011, c’est qu’il est différent de ceux des années précédentes. Les organisateurs ont vraiment innové et cela ajoutera, à n’en point douter, de la saveur à la compétition. Le niveau de difficulté est, selon les spécialistes, plus élevé cette année. L’entraîneur national, José Achille, est d’accord avec ce constat. « En effet, le parcours est plus dur que les années précédentes. Il y a pas mal de portions piégeuses. Si l’on n’est pas attentif, on peut perdre du temps », note-t-il.
Pour lui, l’étape de jeudi, doit être négociée avec prudence car elle comprend la dure montée de Cluny. « La montée de Cluny peut faire des dégâts », lâche-t-il. Mais l’étape reine, samedi, devrait jouer un rôle prépondérant dans la désignation du vainqueur. Le col de Bassin Blanc est, en effet, réputé pour sa dureté. Il n’offre quasiment pas de temps de répit et seuls les plus costauds seront vus aux avants-postes. « On peut s’attendre à beaucoup de revirements de situation avec l’ascension de Bassin Blanc. Mais, toutefois, il ne faut pas se dire que si on perd du temps lors des premières étapes, on va pouvoir le rattrapper lors de cette étape de samedi », soutient José Achille.
Interrogé par rapport aux chances mauriciennes, le technicien dira que Yannick Lincoln demeure bien placé. « Yannick est en très bonne forme. Il est bien placé pour jouer la victoire, c’est clair », lance-t-il.
Selon José Achille, les bons résultats des JIOI vont apporter la confiance à l’équipe mais ne feront pas gagner le Tour. « Ce qui compte, c’est la condition. Les coureurs ont eu une semaine pour récupérer et faire de l’entretien. J’espère que cela leur permettra de reproduire la même forme qu’aux Jeux », dit-il.
Au niveau de l’opposition, l’entraîneur confie qu’il faudra compter avec les équipes réunionnaises qui seront au nombre de trois, soit le Vélo club de St Denis (VCSD), le Vélo club de l’Est (VCE) et le Vélo club de l’Ouest (VCO). Au sein de la première formation, il faudra surtout avoir l’oeil sur le très prometteur Emmanuel Chamand qui avait été meilleur jeune sur le Tour l’année dernière.
Au sein du VCE, on retrouve les expérimentés Mike Ferrere et Fabrice Bénard ainsi que Fabien Gauvin qui a montré de belles choses ces derniers temps. Le VCO sera mené par l’incontournable Richard Baret qui, malgré le poids de l’âge, continue à se montrer compétitif.
« Il y a aussi l’équipe sud-africaine dont on ne connaît pas vraiment le potentiel et aussi les coureurs étrangers qui sont venus à titre individuel pour intégrer les équipes mauriciennes », souligne José Achille.
Cette année, la Team Computer Smith de Jaco Ferreira, Nico Bell et Gawie Combrinck ne sera pas de la partie, ni la Team Toyota du tenant, Andrew Mc Lean. Cela fait donc des prétendants en moins. Mais il ne faudra pas écarter la formation Bionic-V-Office dont certains des coureurs étaient de la partie l’an dernier, dont Adolph Krige et Ignatius Petrus Strydom. Même si lors de la précédente édition, ils se sont contentés de rechercher des victoires d’étape – Krige s’était imposé – il n’est pas dit qu’ils ne viennent pas armés pour jouer le classement général cette fois.
Du côté du Vélo club de Pamplemousses (VCP), on retrouve l’Australien, Trent Carman, alors que l’Union cycliste de Rose-Hill-HM Rawat accueille un Britannique en la personne de Daniel Crawley. 
Carman est, selon nos informations, un jeune coureur prometteur mais qui a encore besoin de s’aguerrir. Pour ce qui est de Crawley, c’est un Britannique né de mère mauricienne. Gaetan Rosette, président du club des villes soeurs, nous confie que Crawley a toujours voulu évoluer sur le sol mauricien. « Nous n’avons pas d’ambition particulière avec Daniel Crawley parce que nous ne connaissons pas son niveau réel. Toutefois, selon nos informations, il est un bon sprinteur. S’il peut nous apporter une victoire d’étape, nous serons amplement satisfaits », affirme-t-il.
José Achille déclare que dès les premières étapes, ceux qui sont aptes à jouer les premiers rôles seront connus. « Après le contre-la-montre inaugural et l’étape qui va suivre dans l’après-midi, on va savoir qui sont ceux qui ont la possibilité de viser une place. Parce que si un coureur a l’ambition d’aller loin, il devra montrer ses capacités très tôt dans la course », analyse l’entraîneur national.
José Achille dit souhaiter voir des jeunes coureurs mauriciens se mettre en évidence sur le Tour cette année. « J’aimerais que l’on assiste à l’éclosion de jeunes talents sur le Tour. Qu’ils osent se montrer car ce sont eux qui incarnent l’avenir de notre sport », déclare-t-il.
—————————————————————————————————————————————————————
Les maillots
Maillot jaune (Snowy) – Premier au classement général
Maillot rush (Omnicane) – Classement rush
Maillot bleu (IMC) – Classement aux points
Maillot blanc (Anglo Mauritius) – Meilleur jeune
Maillot à pois (Municipalité de Port-Louis) – Meilleur grimpeur
Maillot rouge (Radio One) – Combativité
Casquette du Tour (Axess) – Classement par équipes
—————————————————————————————————————————————————————