La sélection mauricienne attendra pour savoir si elle sera en action sur les routes pour le Tour. La question n’a même pas été abordée lundi dernier lors de la réunion du comité directeur de la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC). Il nous revient que la question devrait être réglée lors de la prochaine réunion.
Dans une année sans contexte particulier, la sélection semble au repos. De plus, il faut savoir si les sponsors pourraient lâcher les cordons de la bourse pour la sélection nationale. « C’est le plus gros problème », avance Hervé Flore, président de la FMC.
Mais il semblerait que les choses soient un peu plus compliquées. En effet, dans le passé, la présence de la sélection a souvent laissé la place à d’interminables débats. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? On ne le sait pas, d’autant qu’on ne sait pas si le oui ou le non l’emporterait.
« Nous serons fixés d’ici à une semaine. Mais la question de la sélection est intimement liée à un sponsor », répète Hervé Flore. Il semblerait que le coût autour de l’équipe nationale pourrait tourner autour des Rs 150 000. « Nous sommes toujours à la recherche de sponsors pour l’équipe. »
Par ailleurs, une présélection devra être mise sur pied afin de commencer les préparatifs pour les JIOI 2015 à La Réunion. Cette première ébauche comportera 15 noms. « C’est suite à la demande du MJS que nous mettrons ce groupe sur pied », confie Hervé Flore.
Ce groupe sera appelé à cohabiter ensemble, en attendant l’échéance de 2015. D’ailleurs, un programme bien précis sera établi pour le groupe, afin de le préparer au mieux. « Plusieurs sorties sont prévues », explique le président de la FMC.
Deux stages sont également au programme. Le premier se tiendra à Maurice. « Ce sera un stage bloqué, normalement. » Le deuxième, par contre, se tiendra à l’étranger. « Nous n’avons pas encore décidé du lieu. Mais c’est sûr qu’un de ces deux stages sera à l’étranger. »
Des stages de formation auront également lieu avec la présélection. Il semblerait que l’exploit des JIOI de 2011, quand Maurice avait gagné deux médailles d’or, soit encore dans les esprits.