Beaucoup de Mauriciens ne connaissent pas cette histoire d’élan de solidarité. Trois vétérans la racontent de la même façon : en 1962 s’est tenue la première édition de la « Caravane Jeunesse Fraternité » dans le cadre du service volontariat. Le Tour de l’île est né dans un contexte de conflits intercommunautaires. Afin de développer une solidarité avec les différentes communautés à Maurice, le projet revêtait 2 aspects : organiser une traversée solidaire, à vélo, dans le pays, et promouvoir des rencontres face à la dégradation des mentalités. 53 ans après, l’objectif reste le même. Paul Olsen, Ayle Duval et Sulaiman Patel referont le parcours de l’époque du 19 au 23 août 2015 pour offrir un bel exemple de solidarité aux jeunes.
C’est un parcours qui nous ressemble, semblent dire, les trois vétérans du « Tour du Souvenir » organisé en 1990 dans la continuité du tour de 1962.
Cette caravane d’amitié entre la jeunesse du pays est organisée à l’époque avec le soutien du Service Volontaire International (SVI), une branche du Service Civil International, qui vise la promotion de la paix. Sulaiman Patel nous dit que le concept reste le même : il s’agit de continuer à vivre une belle amitié née en 1962, montrer que l’esprit de solidarité est toujours vivant avec cette continuité dans le temps. On ne pouvait faire mieux pour renforcer l’unité nationale, à travers les liens d’amitié et de fraternité unissant les différentes composantes de la société selon les organisateurs. Nos trois vétérans vont poursuivre une aventure humaine selon le parcours de l’époque à partir du 19 août 2015. Ensemble, ils partiront à vélo de Pointe-aux-Sables où a vu le jour le Centre Solidarité Fraternité. Paul, Ayle et Sulaiman feront ce parcours de cinq jours de manière symbolique, à leur rythme, disent-ils, avec un véhicule de relai derrière. La « Cavarane du Souvenir » aura lieu avec la participation d’un ami venant de l’Australie et sera placée sous le signe de l’amitié. « Nous partons avec un bel optimisme… », déclare Paul Olsen. La route du soleil démarre à Pointe-aux-Sables, du nord au sud, et comprend une première étape à Bai-du-Cap mais pas de camping selon le concept initial. Nos vétérans dormiront chez l’habitant, dîneront avec les familles de la localité. Après un jour de repos à Mahébourg, ils traverseront le pays en faisant le trajet Bel-Air/Pointe-aux-Sables où se terminera leur périple salué par leurs familles et amis. La traversée du pays sera ponctuée par différentes activités : projection de diaporamas, témoignages des rescapés du tour. Les trois amis espèrent retrouver des anciens sur leur route. La Caravane sera marquée par un temps fort : le dîner à Plaine-Magnien pour ceux qui n’ont pas pu rouler à vélo et souhaitent les rejoindre.
Montrer la continuité
Paul Olsen, Ayle Duval et Sulaiman Patel font ressortir que depuis la première édition de la Caravane Jeunessse en 1962, il n’y a pas d’esprit de compétition chez les participants. Mais l’esprit d’entraide, le désir de découvrir son pays et de nouer des relations intenses entre jeunes. Depuis 1967, la Caravane est mixte. Il existe toute une logistique derrière cet événement. La Caravane a toujours fonctionné par l’autofinancement. Cette année, Julie et Lydia de l’Italie et la Grèce, respectivement, sont venues rejoindre les vétérans. Elles appartiennent au SVI et travaillent sur un projet de recherches relatif à l’eau. « To promote water as a human right and a common good », disent-elles. Dans le cadre de ce projet, elles font appel à des professionnels locaux pour comprendre les enjeux de l’eau en lien avec la problématique du réchauffement climatique. Elles présenteront un rapport au SVI à l’issue de leur visite à Maurice. C’est là un volet international intéressant et un autre exemple du « vivre ensemble ». La caravane embarquera de Pointe-aux-Sables pour rallier Baie-du-Cap. L’occasion de mieux se connaître et se reconnaître.
Ce reportage est illustré par les photos provenant des archives de Paul, Ayle et Sulaiman.