Fondée en 2007, l’ONG Forces vives de Roche-Bois oeuvre pour le développement de la communauté rocheboisienne et de son envirommement. Dans son intervention ce matin à l’inauguration du Bird Hide au sanctuaire des oiseaux à Terre-Rouge, son président Joseph Jacquet a fait comprendre que « le Bird Hide n’est pas une cachette pour les oiseaux migrateurs mais une cachette pour les visiteurs afin qu’ils puissent les observer de plus près ». Ce projet d’écotourisme à l’estuaire de Terre-Rouge (Site Ramsar) a nécessité un financement de plusieurs partenaires à hauteur de Rs 3,9 millions.
Leyla Tegmo-Reddy, coordonnatrice résidente du Système des Nations unies, a salué l’ONG Force Vive de Roches-Bois pour son projet de tourisme écologique. Le projet, a-t-elle dit, s’inscrit dans la droite ligne des bonnes pratiques préconisées par la Convention de Ramsar pour les zones marécageuses d’importance internationale. « Le projet est symbolique. Il utilise un capital naturel, un site où passent chaque année des centaines d’oiseaux migrateurs, pour servir de tremplin aux jeunes et aux femmes de Roches-Bois pour le développement socio-économique. » 
La coordonnatrice résidente du Système des Nations unies a aussi félicité salué le ministre de l’Agro-industrie Satish Faugoo pour avoir compris l’enjeu et mis à la disposition de l’ONG Forces vives de Roches-Bois le site d’importance internationale pour la biodiversité. S’adressant au ministre du Tourisme Michael Sik Yuen, Leyla Tegmo-Reddy a souligné que le soutien de son ministère et des opérateurs touristiques est primordial dans la réussite de ce premier projet d’écotouristisme, qui cadre avec le concept « Maurice, île durable ». 
Michael Sik Yuen a de son côté mis l’accent sur l’importance « de réinventer notre marketing touristique, tout en recherchant d’autres marchés parmi les pays émergents comme l’Inde et la Chine ». Le ministre du Tourisme a souligné l’importance d’identifier et de mettre en valeur d’autres pôles d’attraction dans les domaines culturel et historique. « Nous sommes réunis pour célébrer le lancement d’une autre facette de la nouvelle orientation que devra prendre notre tourisme, voire le tourisme écologique. Ce site, qui accueille les oiseaux migrateurs du monde, est le premier wetland de Maurice reconnu à l’échelle planétaire. Les amoureux de la nature pourront identifier notre pays comme étant une des étapes obligées et protégées de ces oiseaux migrateurs qui y trouvent asile pour un repos bien mérité. En protégeant notre environnement, nous allons aussi protéger nos emplois et en générer d’autres dans le domaine touristique. » 
Satish Faugoo a pour sa part fait ressortir : « This estuary has become a major centre of attraction to birdwatchers and tourists in particular. It is for this very reason that my Ministry supported the establishment of a visitors centre here. It is equipped with all audiovisual facilities to enable people to watch the migratory birds through telescopic lens. The centre is also used to create awareness and impart conservation education to the population on the importance of wetlands. » 
Kiran Juwaheer, Country Chair CEO Shell Mauritius, a quant à lui précisé que le groupe Shell est présent à Maurice depuis plus de 100 ans et que sa mission première est d’investir dans le social. Mettant l’accent sur les boutiques d’artisanaux qui ont ouvert leurs portes au sanctuaire des oiseaux à Terre-Rouge, il a dit que le projet associé à la promotion de l’artisanat des habitants de la région est aussi environnemental. « Nous visons à créer une synergie entre les visiteurs et les habitants de la région. Sans cet observatoire des oiseaux, ce lieu serait moins attrayant pour les visiteurs. C’est là une opportunité pour le public de prendre conscience que dans un petit endroit comme Roches-Bois, les oiseaux arrivent de très loin, voyageant plusieurs milliers de kilomètres en sortant de l’hémisphère nord vers l’hémisphère sud… Et qui retrouvent leur chemin tous les ans. »