Rodrigues s’invite chez nous du 26 au 31 août. Le coup d’envoi de la tournée rodriguaise 2015 a été donné hier en présence de la présidente de la République, Ameena Gurib-Fakim. Pour l’occasion, le Chef commissaire, Serge Clair, a insisté sur la nécessité pour Rodrigues de conserver sa spécificité. De son côté, Richard Payendee, commissaire du Tourisme et de l’Environnement, a parlé de l’ambition d’utiliser les énergies renouvelables à 100 %.
Achards, limon, piment, artisanat… Les entrepreneurs rodriguais sont à la rencontre du public mauricien depuis hier au Caudan Waterfront. La culture s’invite aussi à ce rendez-vous avec des prestations de musique et danses traditionnelles. Lors de l’ouverture de cette troisième tournée rodriguaise hier, Serge Clair a mis l’accent sur l’importance de la République. « Chaque île a sa spécificité et sa richesse. Rodrigues autant qu’Agalega et Maurice. Toutes les îles et leurs habitants doivent avoir une considération égale ».
Le Chef commissaire a ainsi invité la population rodriguaise à préserver sa spécificité, que ce soit dans sa langue, sa musique ou sa manière d’être. De même, il a mis l’accent sur l’importance des produits du terroir. Si le limon et le piment de Rodrigues ont déjà leur réputation, Serge Clair annonce que le café de Rodrigues prendra une nouvelle dimension avec le soutien des Réunionnais. De même, la culture du safran a été lancée et des vergers consacrés aux fruits locaux seront introduits. Même l’élevage serait fait différemment. « Nos animaux ne seront pas nourris au concentré, mais avec de l’acacia, du maïs et de la patate, entre autres. Leur chair aura un goût différent. »
De son côté, la présidente de la République, qui était à Rodrigues le mois dernier, a tenu à remercier les Rodriguais pour leur accueil. Elle a affirmé que pour elle, « Rodrigues est un trésor ». Ameenah Gurib-Fakim dit croire fermement dans le potentiel de Rodrigues et rappelle que l’île a donné quelques leçons en matière de durabilité à Maurice.
Revenant sur la notion de terroir abordée par le Chef commissaire, elle a aussi invité à préserver cette authenticité qui sera « l’emblème de Rodrigues dans le monde ». Mais, a précisé Ameena Gurib-Fakim, dans ce contexte, Maurice a le devoir d’encadrer Rodrigues et de lui permettre d’exporter ses produits dans de bonnes conditions. « J’encourage la notion de partage et de retour vers la terre ».
Le commissaire du Tourisme et de l’Environnement est lui revenu longuement sur le concept « Rodrigues île écologique. » Il a dévoilé l’ambition de l’île de dépendre à 100 % sur les énergies renouvelables d’ici 2030. L’utilisation des véhicules électriques sera aussi encouragée. « Pour cela, il faut une volonté nationale. Il faut la collaboration du CEB notamment, pour permettre d’exporter le surplus sur le réseau ».
La tournée rodriguaise se poursuit jusqu’à lundi prochain. Un grand concert sur l’esplanade du Plaza demain, samedi 29 août, à partir de 19 h, marquera cette troisième édition.