Plusieurs compagnies offrent désormais des activités de loisirs et d’aventures en plein air selon le nouveau concept touristique vers lequel Maurice se dirige. Tyrolienne, canyoning, quad biking, équitation, randonnée et ascension de montagne permettent aux touristes et aux Mauriciens de vivre des sensations fortes en pleine nature. Alors que ce secteur prend de l’essor, il n’existe aucune instance ou réglementation pour veiller à la qualité des services offerts en terme de sécurité. Cela inquiète des professionnels, qui espèrent une vraie réglementation.
Les activités comme la tyrolienne, le canyoning, les randonnées, sont regroupées sous la licence Eco-tourism activities (nature based tourism activities or adventure-related tourism activities, or both), selon la Tourism Authority Act 2006. Bien que l’organisme exige des normes de sécurité, il n’a pas les compétences requises pour les vérifier ou s’assurer de la qualité du matériel utilisé.
Il existe des lacunes également en ce qui concerne les qualifications requises pour exercer le métier de moniteur ou d’encadreur. Présentement, on leur demande d’avoir une formation en premier secours, une expérience dans le domaine, de produire un certificat de moralité et de disposer d’un plan de maintenance des équipements. Aucune autre qualification n’est requise. À La Réunion par exemple, le moniteur doit être breveté pour ce type d’activité, avoir été formé dans un cadre professionnel et avoir passé plusieurs examens.