Personne de sensé, ou ayant une sensibilité humaine normale, ne peut se réjouir de la déconvenue inattendue de quiconque, ni de sa mise à pied soudaine.
Non plus, aucun ministre ‘normal’ dans la tête ne voudrait perdre un subalterne performant, bien carré dans ses fonctions et maître de ses dossiers ; et qui dans le sillage de ses actions professionnelles, démontre un succès certain.
Par contre, l’inverse est aussi vrai : tout ministre qui se respecte – OUI, IMPÉRATIVEMENT, QUI SE RESPECTE ! – devrait se débarrasser des ronds de cuir vains, qui empochent grassement de l’argent du public et en gaspillent par centaines de millions en Roupies, en Euros, en Dollars et en Livres Sterling etc., – même si à Mauritius, c’est un plaisir courant – mais sans amener les résultats escomptés pour le pays. C’est la loi naturelle fondamentale de tout contrat social, de travail, et de responsabilité publique ministérielle, sinon simplement de MORALITÉ.
Ainsi, si la situation réelle du Tourisme, industrie charnière de la nation, aurait échappé à l’attention de quiconque, voici un court extrait/récapitulatif lumineux d’un article publié récemment sous la plume de Jean Cyril Monty, qui mérite remerciements et admiration :
« Au cours du premier trimestre 2012 comparé à la période correspondante en 2011 :
(i) Les arrivées touristiques aux Seychelles ont connu un accroissement de 8,8 % contre une régression de 0,2 % pour Maurice.
(ii) Les arrivées touristiques de l’Asie ont progressé de 42,8 % aux Seychelles contre 19,4 % à Maurice.
(iii) Les Seychelles ont enregistré une hausse de 5,3 % dans le nombre de touristes originaires d’Europe, alors que Maurice notait une baisse de 2,7 % dans l’arrivée des touristes européens.
On souhaiterait donc comprendre comment deux pays qui ont tant de similitudes et d’attraits au niveau touristique ont cependant des résultats si différents, notamment en ce qu’il s’agit des touristes venant d’Europe. Pourquoi le secteur touristique mauricien, malgré les centaines de millions de roupies dépensées chaque année pour assurer sa promotion, s’essouffle-t-il, alors que celui des Seychelles a le vent en poupe ?
Édifiant ? Mais attendez. Car il y a peu, – en pleine crise ici de rentabilité hôtelière pour les raisons de manquements dans le ‘couple’ promotion/marketing que l’on sait, la presse rapporte qu’une grosse pointure du Tourisme local aurait fait pression sur l’industrie hôtelière afin d’éliminer la pratique de réservation « ALL IN ». C. a. d le système ou un quota de la clientèle réglé à l’avance, leur facture totale sous forme de paiement d’un ‘paquet’ forfaitaire tout-en-un, finançant ainsi du coup et en amont leurs Voyage-Transfert-Hotels-Repas, tutti quanti. Quand on sait que ce type d’arrangement garantit un pourcentage minimum VITAL d’occupation de chambres, indispensable à la survie des hôtels ….. Alors là ! cette initiative contraire aberrante venant d’un responsable de l’industrie touristique, est d’une incongruité professionnelle im-pen-sable ! Franchement, plus ridicule que ça, tu meurs ! Tant d’incompétence, on en reste estomaqué !
Alors, que doit-on penser de l’action de Michaël Sik Yuen vis-à-vis de ce qu’il convient d’appeler ici la « bande » à Duval ? Que nous amène à conclure de celui-ci, de l’exemple qu’il nous offre de lui-même, ce Vice- Premier-Ministre qui jouit aussi d’ailleurs de ce rang ministériel supérieur … (en passant, selon quelle disposition de la Constitution dites-vous ?)
Hein, Xavier ? Ohe-e-e-e !? Il y a quelqu’un ….. ?