Le gouvernement estime que le secteur du tourisme doit rester dynamique et saisir l’occasion d’explorer de nouvelles pistes afin de soutenir son développement à long terme. Cela implique le développement des activités hors hôtels, le tourisme axé sur l’attraction, le projet “Duty-free island” et une politique d’accès aérien plus ouvert. En même temps, le gouvernement veut parvenir à une meilleure intégration du développement du tourisme tenant compte des aspirations des Mauriciens pour plus d’activités de loisirs et davantage d’opportunités pour le shopping. Ainsi, le ministère du Tourisme, celui des Arts et de la Culture ainsi que des organisations du secteur privé concernées comptent élaborer un calendrier annuel des événements nationaux, lequel sera appelé “Mauritius Calender”.
Pour donner une impulsion au concept de “Duty-free Island” tout en diversifiant les sources touristiques, le gouvernement compte intensifier la « commercialisation » de l’île Maurice en Afrique, en ciblant particulièrement « les nouveaux riches ». L’accent sera aussi mis sur le marketing dans les régions du Golfe, des pays scandinaves et de l’Europe de l’Est. Récemment lancée, la nouvelle ligne aérienne d’Air Asia Afrique-Maurice-Singapour positionne Maurice comme une plaque tournante de l’aviation dans la région et contribuera grandement à améliorer l’accessibilité pour les visiteurs de nouveaux marchés en Asie et en Afrique. Le gouvernement prévoit un montant supplémentaire de Rs 40 millions pour la commercialisation de l’initiative Air Corridor. La mise sur pieds d’un World Class Aquarium, d’un musée national et d’autres nouvelles attractions est aussi envisagée. En vue de favoriser l’accès aux activités de loisirs dans le pays, les “admissions charges” imposées par  les autorités locales seront enlevées. La Local Government Act sera amendée à cet effet. Enfin, en vue d’encourager le tourisme médical, le ministre des Finances prévoit de faciliter les processus de visas pour les étrangers souhaitant se faire soigner à Maurice.