« L’ancien ministre des Finances a tout fait pour bloquer le ministère du Tourisme. » C’est ce qu’a avancé ce matin le ministre du Tourisme, Michael Sik Yuen, lors d’une rencontre avec la presse. Il réagissait aux « attaques indécentes » sur sa personne, qu’il a qualifiées de « faussetés ». En dépit de tous les « blocages » qu’il a évoqués, il a annoncé, avec fierté, que le tourisme a réalisé une croissance de 5,3% pour le mois de mai et 3,3% pour les cinq premiers mois. Le ministre devait par ailleurs souligner que l’an dernier, son ministère a réalisé un record dans les recettes touristiques, soit Rs 44,378 milliards, ainsi qu’un record de croissance de 6,4% en 2009. Ces performances, il les attribue à sa stratégie de diversification des marchés depuis son arrivée. Interrogé quant à son éventuelle candidature aux prochaines législatives, le ministre a répondu que « personne ne peut avoir la garantie d’avoir un ticket » poursuivant : « Je ne me casse pas la tête. Je navigue ! »
Michael Sik Yuen a tenu à rappeler qu’en février 2013, le leader du PMSD et ancien ministre des Finances, grâce au soutien lui permettant de devenir ministre, avait déclaré que « Michael Sik Yuen est un très bon ministre ». Tout en disant comprendre que Xavier Luc-Duval est « une personne impulsive », il devait soutenir que « l’ancien ministre a tout fait pour bloquer » le ministère du Tourisme. « Il existe un board à la MTPA et à la Tourism Authority, mais il fallait que tout passe devant les Finances pour avoir toute approbation. S’il s’était levé du bon pied, il approuvait. » En dépit de tous ces « blocages », selon Michael Sik Yuen, « nous avons une belle performance ».
Le ministre du Tourisme devait citer comme exemple son déplacement en Afrique du Sud en janvier dernier, où il a rencontré des tours-opérateurs, qui ont « félicité » Maurice. « J’ai proposé un plan : s’ils venaient en groupe de 30, ils recevraient le soutien de Maurice. De retour à Maurice, le plan a été soumis aux Finances, qui n’a pas été d’accord. Mais j’ai lutté. Idem pour le marché réunionnais. On avait dit que si un couple se mariait, il recevrait son billet d’avion en cadeau. Là aussi, le ministre des Finances n’était pas d’accord. Ce n’est que quelques mois plus tard que cela a été approuvé. Mais je ne suis pas quelqu’un qui cède », devait ajouter le ministre.
Michael Sik Yuen devait par ailleurs évoquer une somme de Rs 120 M « qui allait à Air Mauritius ». Il explique ainsi : « L’ancien ministre m’a dit de me débrouiller pour trouver cette somme. J’avais un trou de Rs 120 M dans mon budget. Malgré tout, on a eu de belles performances. »
Hormis deux marchés, La Réunion et l’Afrique du Sud, où une croissance de -0,8% et +0,1% respectivement a été réalisée, « car ils ont trouvé qu’on n’était pas sérieux », le ministre dit se réjouir que « le PM ait repris les Finances ». Ce dernier, soutient-il, l’aurait assuré de son soutien. « Nous aurons une rencontre » a-t-il indiqué.
Le ministre a tenu à souligner l’importance du marché asiatique. Il a indiqué que 331 719 Chinois ont visité les Maldives en 2013, alors que seulement 41 913 sont venus à Maurice la même année. Il a attribué cette performance à son prédécesseur. Ce chiffre devait néanmoins peu à peu croître, rappelle-t-il, passant de 5 526 touristes Chinois à Maurice en 2005 à 7 700 en 2007, 6 900 en 2009, 21 000 en 2012 et 41 913 en 2013. Selon lui, « ce n’est pas parce que, dans le passé, ils n’ont pas fourni d’efforts qu’on doit m’imputer cela ». Il précise : « A aucun moment, je ne dis que le marché traditionnel n’est pas important. Mais chaque année, nous devons trouver un nouveau marché pour nous préparer à l’avenir. Nous sommes extrêmement dépendants de l’Europe, mais si un problème se pose sur ce marché… ». Selon le ministre, si cette stratégie de diversification n’avait pas été adoptée, « hôtel après hôtel, les établissements auraient fermé leurs portes ». Le record du nombre d’arrivées touristiques a été réalisé en 2013, selon Michael Sik Yuen, et ce en dépit du fait qu’en 2012, Air Mauritius a enlevé des vols de sept différentes destinations.
Enfin, le ministre a commenté la déclaration de l’ancien Grand Argentier sur son « métier d’ex-commerçant ». Il rétorque : « Je suis fier d’être issu d’une famille de commerçants, de même que je suis fier de tous les commerçants. L’ancien ministre, en parlant ainsi, dénigre tous les commerçants de Maurice. C’est chagrinant. » À une question de la presse sur le député de plus qu’il représente du côté du gouvernement, Michael Sik Yuen dit être « fier de donner mon plein soutien au gouvernement et à la nation ». S’agissant enfin d’une éventuelle candidature aux législatives, il répond : « Personne ne peut avoir la garantie d’un ticket. Je ne me casse pas la tête. Je peux naviguer ! »