Alors que depuis le début de l’année, l’industrie du tourisme s’évertue de conjurer le sort avec la crise économique, de gros nuages s’amoncellent à l’horizon du marché prometteur de l’Inde. La dépréciation vertigineuse de la roupie indienne sur le marché des changes, jusqu’à un niveau record par rapport au dollar américain à la mi-semaine dernière, est accueillie avec appréhensions par les opérateurs du tourisme dans une conjoncture marquée par la morosité et l’absence totale de visibilité pour le reste de la saison. Sur le plan local, avec la performance enregistrée au cours du premier semestre, Statistics Mauritius a revu à la baisse les estimations dans le nombre d’arrivées touristiques pour cette année pour la 2e fois, alors que presque tous les indicateurs sont au rouge dans ce secteur. Le seul signe positif reste la prochaine mise en service à la mi-septembre du nouveau Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport Terminal avec l’inauguration par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, ce vendredi.
L’une des premières conséquences de la baisse dans le taux de change de la roupie indienne se répercutera sur la capacité des touristes de l’Inde d’entreprendre des voyages à l’étranger. D’ailleurs, dès mercredi dernier, des spécialistes indiens en organisation de voyages et de vacances à l’étranger n’ont pas hésité à mettre l’accent sur le changement susceptible d’intervenir au niveau des habitudes. Nihkikl Ganju, Country Manager (India) de TripAdvisor, et les responsables de la Travel Agents Federation of India tirent la sonnette d’alarme contre une éventuelle baisse dans les déplacements des touristes indiens vers l’étranger.
«The rupee depreciation has left a significant impact on the outflow of tourists. Even if people are looking for trips abroad, they are opting for shorter trips in order to curtail the budget», font ressortir ces spécialistes rapportés dans la presse indienne au cours de la semaine écoulée. De son côté, la Travel Agents Federation of India évalue à 15 et 20% la baisse dans «the outgo of Indian tourists» à l’étranger pour des voyages de détente.
Par contre, cette baisse dans le taux de change de la roupie indienne devra faire l’affaire des Mauriciens partant en vacances dans ce pays car ils devront bénéficier d’une économie de l’ordre de 15% dans leurs dépenses. «We are optimistic that the falling rupee will make India an attractive and affordable destination with an overall increase upward of 5% tourist arrivals anticipated this winter», affirme-t-on du côté de Thomas Cook, une enseigne incontournable du tourisme en Inde et sur le plan international.
Une nouvelle vague de pessimisme
Toutefois, à Maurice, les opérateurs touristiques évitent de se laisser emporter par une nouvelle vague de pessimisme. «Nous sommes conscients que le taux de change de la roupie indienne pèse de tout son poids dans la décision des visiteurs. À ce stade, nous n’allons pas céder à la panique. Nous devrons suivre de plus près la tendance sur le marché touristique indien et nous ajuster si le besoin se fait sentir», fait-on comprendre dans les milieux touristiques concernés à Maurice.
Ces mêmes sources concèdent que cette nouvelle donne est venue compliquer une équation déjà extrêmement compromettante pour l’industrie touristique. La performance au cours du premier semestre a été décevante à plus d’un titre avec pour conséquence un rajustement à la baisse dans les arrivées pour cette année. Statistics Mauritius prévoit   980,000 touristes d’ici à décembre, soit 10,000 de moins que les précédentes projections. Ce nombre ne constituera qu’une hausse nominale  de 1,5% sur les 965,441 de l’année dernière.
Mais les autres indicateurs sont encore plus inquiétants dans la mesure où les recettes brutes générées par le tourisme ont accusé une baisse de 6,3% pour le premier semestre, soit Rs 22,1 milliards cette année contre Rs 23,5 milliards pour la période correspondante l’année dernière. De ce fait, les recettes par touriste visitant sont de Rs 46,670 contre Rs 50,047 auparavant.
Dans sa dernière analyse sur l’économie, la Banque de Maurice s’appesantit sur la détérioration de cet indicateur crucial. «June 2013 data on tourist arrivals showed an increase of 0,7% to 55,007 from 54,625 a year earlier. Gross receipts decreased by 17,6% from Rs 2,957 million in June 2012 to Rs 2,437 million in June 2013», note ce document, qui peut être consulté sur le Website depuis la semaine écoulée.
Poursuivant, la Banque Centrale révèle que pour la période allant de juillet 2012 à juin 2013, les recettes ont connu une réduction de 4,6%, passant de Rs 44,96 milliards à Rs 42,9 milliards. Toutefois, les recettes touristiques devraient retourner dans les Rs 44,6 milliards pour les 12 mois de cette année en vue d’afficher une progression de 0,5% sur les Rs 44,4 milliards de l’année dernière.