L’image de la destination mauricienne sur notre principal marché émetteur, en l’occurence La France, est en perte de vitesse. C’est ce qui ressort d’une étude menée par Interface Tourisme, bureau de représentation de la MTPA en France, et présentée aux opérateurs de l’industrie à Maurice en juin dernier. Cette enquête qualitative et quantitative révèle que la destination mauricienne ne serait plus un plaisir pour les touristes français. Si les autorités relativisent arguant que ce sont elles qui ont souhaité cette étude en vue d’apporter des améliorations sur nos produits, certains observateurs font remarquer que la note dégradante attribuée à l’image de Maurice sur notre principal marché, est inquiétante. Huitième seulement au classement des principales destinations préférées…
Selon cette étude, menée d’une part auprès d’un échantillon de 10 voyageurs et 10 agents de voyages  et d’autre part auprès de 210 voyageurs et 90 agents de voyages répartis dans toute la France , tenant compte d’une population voyageant à l’île Maurice et dans d’autres destinations « plages lointaines », Maurice demeure une destination légitime et souvent leader. Toutefois, si bien appréciée, avec notamment des adeptes, la destination – jouissant de sa réputation construite autour de la qualité de ses hôtels, la sécurité politique et sanitaire, et surtout les découvertes culturelles – « est peu attrayante aux yeux de 2 des 3 cibles étudiées ».
Elle figure d’ailleurs seulement au 8e rang des destinations les plus attrayantes sur 16 proposées. Non seulement les Seychelles (3e position) devancent Maurice, mais La Réunion (4e position)  aussi, notre destination se classant après Les Maldives, 2e du classement dans la région.
« Les déçus de l’Ile Maurice »
La destination favorite des sondés étant la Polynésie française. On notera que Bali, la Thaïlande et le Vietnam sont des destinations plus prisées que Maurice. Interface Tourisme indique par ailleurs que « la bonne place occupée par Bali (5e rang) qui si elle n’est pas encore très présente à l’esprit semble constituer une réelle alternative à l’Ile Maurice, notamment pour les ‘déçus’ de l’lle Maurice ».
L’enquête précise que la destination mauricienne recueille des appréciations parfois mitigées.
Certes, malgré ces données, Maurice demeure une destination recherchée par les touristes note Interface Tourisme. Auprès des voyageurs, dit-il, les spécificités de Maurice reposent sur la qualité de l’accueil et du service, la destination se distinguant entres autres comme étant une destination plus conviviale, mêlant pour certains la plage, la culture, et la découverte, et offrant une qualité de services exceptionnelles contrairement aux Seychelles ou la Thailande, et étant plu facilement accessible. Selon cette étude, le marché français considère Maurice comme une véritable destination de proximité, figurant même comme une référence parmi les destinations plages lointaines.
Cherté de la destination qui évolue vers un tourisme de masse
Mais elle reste une destination finalement peu préservée, offrant moins de dépaysement que d’autres, notamment Bali ou la Thaïlande. La cherté de la destination mauricienne est aussi mis en avant dans cette étude, indiquant que la destination souffre également d’une certaine banalisation. « La banalisation semble bien être la raison pour laquelle les répondants ne souhaitent pas retourner à l’île Maurice : une île qui manque de surprise, et qui ne fait pas/plus rêver », indique Interface Tourisme. L’organisme indique également que la destination est perçue comme étant en perte de vitesse, parfois décevante, quand seule le côté plage paradisiaque est mis en avant. Qui plus est, Maurice est perçue comme une destination très/trop fréquentée, qui n’a pas su préserver son patrimoine environnemental, et ne met pas assez en avant ses spécificités culturelles et patrimoniales. « 1 agence sur 5 estime que la destination évolue vers un tourisme de masse », souligne cette enquête, indiquant également que cette perception est tout aussi nettement évoquée dans les entretiens qualitatifs. Si l’industrie hôtellière tire son épingle du jeu, étant considérée comme globalement très satisfaisante avec plus de 85 % d’appréciations positives, (nos hôtels étant appréciés surtout pour la qualité du service, la qualité des chambres proposées, la qualité de la gastronomie, et aussi la qualité des prestations proposées), les sondés notent un manque d’intimité, un manque au niveau des rénovations d’hôtels, et un manque de propositions d’activités extérieures à l’hôtel. La qualité des plages est aussi à revoir, disent-ils.
Avec ces données, il est important de repositionner la destination sur l’axe de l’authenticité et de la diversité, en préservant la qualité de service et en misant sur le caractère rassurant de la destination. En conclusion, Interface Tourisme suggère une réflexion en ce qui concerne les campagnes de communications en mettant davantage en valeur les points forts et les spécificités de Maurice, tels l’accueil, le multiculturalisme, la qualité des services, la diversité des sites et des activités. Parmi d’autres stratégies, il est aussi important de coordonner les actions commerciales des divers partenaires pour garantir la dimension prestigieuse de la destination, tout en veillant à la qualité des offres pakagées pour éviter un nivellement par le bas.