L’établissement d’un moratoire de deux ans pour l’ouverture de nouveaux établissements hôteliers figure parmi les douze mesures proposées par le Premier ministre adjoint, Xavier Luc Duval dans un strategic paper intitulé Tourism in Mauritius : A new spirit for a new mandate.
La publication de ce document fait suite à des consultations avec les parties prenantes de l’industrie touristique. Elle propose un plan d’action visant à améliorer le produit touristique, à accentuer l’accessibilité, à revitaliser la stratégie de marketing et à restructurer les institutions touchant le secteur touristique.
« Le but de ce plan d’action est d’insuffler un esprit nouveau dans l’industrie touristique et une approche globale des nouvelles politiques du gouvernement », affirme Xavier-Luc Duval. « The Ministry of Tourism and External Communications will adopt a customer-centric approach with a view to rejuvenating the industry and repositioning Mauritius as the leading island destination », ajoute-t-il. L’objectif est de permettre aux touristes d’avoir des vacances parfaites dans l’île de manière à ce qu’ils deviennent les meilleurs ambassadeurs du pays. Le DPM estime que le gouvernement dans son ensemble doit pouvoir s’engager dans cette mission d’autant que plusieurs ministères sont directement concernés par la propreté de l’île en général, l’entretien des plages et des sites touristiques, les services de transport comme les taxis et les autobus, la sécurité en général dont la sécurité alimentaire, l’état des lagons, les facilités de shopping, la signalisation routière, l’éclairage des routes, l’état des parcs, du Jardin de Pamplemousses et la qualité des loisirs proposés. « Putting the customer’s needs and requirements first, will be the key to differentiate ourselves from other competing destinations », dit-il.
La première mesure proposée par le Strategic Paper concerne la spécificité de Maurice. « We must insufflate in the tourism sector a renewed sense of place », souligne-t-il. Cela passe par une mise en valeur de la flore et de la faune mauricienne, de notre patrimoine culturel, de la cuisine locale, de la musique locale et des traditions religieuses. Le tourisme culturel doit avoir l’importance qu’il mérite. Le document considère que les sites touristiques doivent être maintenus en permanence dans des conditions exemplaires. Concernant les facilités de loisirs offertes le document souligne que « Mauritius is one of the few tourist destinations which can simultaneously offer breathtaking experiences such as scuba-diving, deep sea fishing, zip-lining, trekking, and parachute-jumping alongside the inescapable beaches ». L’industrie touristique doit mettre en valeur ces différents aspects touristiques et maintenir sa durabilité. Le document insiste également sur un tourisme responsable. Dans ce contexte, il souligne que le tourisme vert implique que les endroits accueillant les touristes « conserve the environment, sustain the well-being of the local people, and involve interpretation and education at the same time ». Il est évident que les mesures soient prises en vue de promouvoir un « eco friendly tourism » en toute sécurité que ce soit dans la nature, sur la mer ou dans l’air. Des règles très strictes seront introduites à ce sujet. Concernant les ressources humaines, qui constituent l’atout principal de l’industrie touristique, tout doit être fait afin d’assurer la qualité des services. Les employés doivent pouvoir évoluer dans un environnement agréable et être valorisés par leurs employeurs. Ils doivent pouvoir bénéficier de la meilleure formation possible et doivent être encouragés et motivés afin qu’ils puissent aider à pousser l’industrie touristique vers l’avant.
« Homely feeling »
Le document tient en considération le flux de touristes venant des pays émergents comme l’Inde ou la Chine. Il recommande que des mesures soient prises afin de créer un « homely feeling for the people visiting the island ». Le document souligne également qu’il y a une forte demande pour le tourisme de santé et que Maurice peut se positionner comme un « tropical hub for medical tourism ». D’autre part, de nouvelles activités seront proposées durant la basse saison qui s’étend entre mai et septembre. La nécessité d’améliorer les aménités touristiques est aussi soulignée. La création des routes piétonnières, par exemple, aidera à promouvoir le tourisme culturel et le commerce hors taxe. À ce propos, un meilleur contrôle doit être effectué sur les marchands ambulants, les marchands de gâteaux et les personnes opérant sur les plages. Le document fait aussi mention de l’introduction d’un système de classification des établissements hôteliers de manière à ce que les touristes soient bien informés avant de prendre une décision et réserver par internet.
Concernant le moratoire sur l’ouverture de nouveaux hôtels, le Strategic Paper propose que seulement les hôtels en construction (150 chambres) soient autorisés à ouvrir jusqu’à la fin de 201, ce qui permettra de rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande. Le Premier ministre adjoint ne pense pas que cette mesure affectera les investissements dans l’industrie touristique dans la mesure où la construction d’un hôtel prend un minimum de 24 mois. Xavier-Luc Duval insiste sur la nécessité de corriger l’inadéquation entre les sièges d’avion et les chambres d’hôtel disponibles. Des mesures seront prises pour revitaliser la stratégie de marketing de manière à mieux pénétrer les marchés asiatiques et africains. Un “complaint’s service” sera créé au niveau de la MTPA afin d’enregistrer les doléances des touristes et prendre des mesures correctives rapidement. Finalement, la MTPA et la Tourism Authority seront restructurées de manière à disposer d’un personnel efficient et pouvant permettre à ces agences d’atteindre les objectifs fixés dans l’industrie touristique.