Nul doute que la réunion de St. Denis (10-12 septembre 2013) constitue une étape décisive dans le parcours des Iles Vanille qui regroupent les Seychelles, Maurice, La Réunion, Madagascar, les Comores, Mayotte et qui viennent d’accueillir comme septième membre les Maldives. Outre cette ouverture aux Maldives – destination touristique qui bénéficie d’une belle publicité sur les marchés émetteurs touristiques –, les Iles Vanille ont reçu la bénédiction et le soutien officiel de l’Organisation de l’United Nations World Tourism Organisation (UNWTO). L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) y tenait une conférence internationale sur le tourisme durable et son secrétaire général, M. Taleb Rifai, lors de discours officiels et de conférences de presse, n’a pas hésité à dire tout le bien qu’il pensait de la nouvelle entité touristique devant la presse réunionnaise et internationale. C’est dire la publicité et la visibilité qui en découle pour les Iles Vanille. Par ailleurs, l’annonce officielle des Iles Vanille comme membre à part entière de l’Organisation mondiale du Tourisme sera faite en novembre prochain à Londres à l’occasion du Tourism World Market. Encore une fois, les pays membres des Iles Vanille seront sous les feux des projecteurs, et les destinations touristiques qu’elles représentent constituent un coup de pouce médiatique international significatif. Ne manquons pas ici de souligner que le 27 septembre à l’occasion de la Journée mondiale du Tourisme, le secrétaire général de l’OMT, M. Taleb Rifai a invité le président en exercice des Iles Vanille, M. Alain St. Ange à livrer un message conjoint. Ce message sera rendu public mondialement depuis les Iles Maldives.
Derrière cette montée en puissance, sur les scènes mondiales et sous les projecteurs des Iles Vanille, il faut saluer le dynamisme du président en exercice des Iles Vanilles, le ministre seychellois du Tourisme et de la Culture, M. Alain St. Ange qui ne s’est épargné aucun effort pour promouvoir les Iles Vanille au niveau de la région et dans le monde. Ainsi Maurice, qui boudait les premiers pas de la nouvelle entité touristique, a participé pleinement aux travaux de St. Denis. Il faut espérer qu’elle participera pleinement au Carnaval de Victoria l’année prochaine placé sous la bannière des Iles Vanille et qui attire des journalistes du monde entier. Les retombées actuelles en termes de visibilité des Iles Vanille au niveau mondial sont aussi à mettre à l’actif de son président.
Cependant, ce ne sont pas les défis qui manquent et ils sont de taille. En premier lieu la connectivité modeste entre les pays membres. Si nous voulons récolter les dividendes de tout ce qui est entrepris actuellement et le sera dans les mois et années à venir, il faut absolument améliorer les liaisons aériennes entre nos îles, les relations maritimes, imaginer l’organisation de croisières. Notons qu’un accord a déjà été signé entre les Iles Vanille et Air Madagascar et sans doute les autres compagnies aériennes nationales des Iles Vanille vont suivre.
Deuxième défi d’envergure, le respect d’une croissance verte comme l’y engage la Coalition internationale des partenaires du tourisme, présente à St. Denis. Les Iles Vanille collaboreront avec la coalition à cet effet et se sont dit prêtes à favoriser un tourisme régional durable, à soutenir une Green Growth Investment Roadmap et se sont engagées à être en plein accord avec le Code d’éthique de l’Organisation mondiale du Tourisme.