Tabliste d’origine mauricienne à la carrière différente de la plupart des autres musiciens Subhash Dhunoohchand a entamé du 28 février au 23 mars une série de concerts aux Comores, au Kenya et en Ouganda dans le cadre de sa tournée « Tablatronic Moksha Project ». Le tabliste, dit-on, a séduit les spectateurs qui ont participé aux festivités de la Francophonie grâce au soutien des Alliance Française, de la Région Réunion, le PRMA et Shruti Music. Subhash Dhunoohchand a tenu toutes ses promesses en mettant le feu aux salles de concert. L’artiste a connu un succès mérité avec sa musique métissée connue mondialement et la participation de nombreux invités sur scène. Eliasse ben Joma, Bakhresa Fathy, Nadhufa, Eldji et Haji des Comores, Ati Sanna et le group de danse hip hop Vocal de Nairobi, Joël Sebunio et le Tabu Flo Dance Crew de l’Ouganda. « Tablatronic Moksha Project » est un show d’une durée de 1h30. Toujours dans son désir de fusion, Tablatronic s’est joint à invités et pour un florilège de ses plus grands tubes comme Melting Pot, Colombian Trance ou encore La Fiesta. Ce qui a suscité l’enthousiasme du public. Subhash a interprété un morceau exclusif pour le bonheur des amateurs de musique indienne. Un morceau qu’il a composé durant la tournée. Subhash Dhunoohchand a déclaré que jouer en Afrique est un rêve pour lui et a remercié son public. De fait, il est le premier tabliste à faire une tournée en Afrique, un honneur pour lui. Il a parlé  d’ouverture d’esprit, d’égalité et d’une musique sans frontières.Les nombreux concerts ont en effet témoigné de la qualité de l’événement.