Fin de tournée pour Emmanuelle de Beer au Brésil. La tenniswoman mauricienne s’est inclinée au 2e tour du simple dames 4-6, 2-6 face à la Brésilienne Rafaela Rodrigues Dos Santos lors de la Copa Guga Kuerten (grade 4) à Florianopolis. Mais au-delà de ce match, la joueuse a décidé de tirer un trait sur les tournois ITF juniors pour voir plus grand : le circuit pro de la WTA.
Emmanuelle de Beer, 18 ans, entamait lundi son troisième tournoi brésilien. Son match comptant pour le 2e tour a été un peu gâché par de grosses averses, mais au final cette tournée lui a permis de se situer après cinq mois d’absence due à une blessure au dos. Classée n°10 et 706e jr ITF, elle s’efforce d’en tirer des leçons. « J’ai fait ce que j’ai pu et je retire beaucoup de leçons qui me serviront à l’avenir », confie-t-elle. Après un bye d’entrée, elle a été dominée par la Brésilienne Dos Santos, une adversaire de 16 ans classée et 1794e jr ITF. C’était son septième match en simple (4) et en double (3) confondus sur les trois tournois.
Menée 5-2 après une égalisation à 2-2, elle revient à 4-5, mais céda le premier set 4-6 « sur deux coups droits trop longs », a-t-on indiqué. Hésitante, elle n’a pu trouver le bon équilibre pour gérer son match. Son travelling coach, Jonathan Rosnovanu, estime que c’est la confiance et le manque de matches à ce niveau qui l’ont desservie. « Tout cela relève directement d’un manque de matches dans les jambes et d’expérience en tournois », analyse-t-il. « À ce stade, Emmanuelle n’a toujours pas retrouvé l’assurance nécessaire pour ne pas se laisser intimider par des adversaires qui sont très déterminées. Elle peut être encouragée par la manière dont elle a construit ses points mais, malheureusement, elle n’est pas arrivée à les finir comme il faut ».
Emmanuelle de Beer est quand même prête à redoubler d’efforts pour retrouver son meilleur niveau et toute sa confiance. Elle a fait le point après ce match avec son coach. « Nous avons pu identifier dans ce match et au cours de ce tournoi ce qui a bien marché et ce qui a moins bien marché — et ça a été une expérience très riche. Je vois clairement les domaines spécifiques où j’aurai à travailler davantage. Je ne cache pas que j’aurais voulu avoir mieux fait et que je suis un peu déçue des résultats que j’ai obtenus, mais en même temps, je dois accepter mon niveau actuel, sachant que ça va prendre du temps avant que je retrouve ma forme, surtout en match et en tournoi ».
Si cette tournée au Brésil est déjà du passé, elle marque dans la foulée le point de départ vers « des défis bien plus grands », affirme par ailleurs Philippe de Beer, père de la joueuse. « Emmanuelle, qui a maintenant 18 ans, passe à autre chose. Son nouvel objectif pour l’année prochaine et les années à venir est d’obtenir un classement WTA (circuit pro) dans un premier temps, et par la suite évoluer dans ce même circuit. Nous savons que ça ne sera pas chose facile, mais aussi longtemps que c’est ce qu’elle veut faire et qu’elle est prête à faire face à ce challenge, nous la soutiendrons ».
À Florianopolis, Emmanuelle de Beer ne s’est pas alignée au double dames « pour ménager son dos qui lui a donné pas mal de soucis tout au long de ce séjour au Brésil ». Elle devra donc rentrer en Floride pour reprendre ses entraînements.