Sans nous citer, le représentant de la Fédération Internationale de Natation (FINA) s’en est violemment pris à Week-End qu’il a accusé d’écrire des fausses nouvelles. «Not all the press, but one in particular who always wrote things differently», a soutenu Ben Ekumbo alors que le président de l’Election Panel, Mahen Purbhoo, lui a donné la parole après la proclamation de Week-End. Voilà un homme qui vient de faire trois voyages d’agrément à Maurice aux frais de la FINA, dont le pays est incapable d’organiser des élections Free and Fair sans l’aide de notre Electoral Commission (dixit Ben Ekumbo) et qui a bénéficié par on ne sait comment et surtout quelle ruse il a obtenu un traitement VIP à son arrivée à l’aéroport SSR grâce à «Doreen who arrange everything for me.»
Déjà, on constatait que le Kenya est un profiteur de la pire espèce puisqu’il profite des choses auxquels il n’a pas droit. On se demande comment un simple commis de la FINA puisse avoir un traitement VIP alors que cela relève avant tout des autorisations de l’État ou des services d’Air Mauritius en ce qu’il s’agit des départs. N’y a-t-il pas là dans les confessions de Ben Ekumbo un abus? A bon entendeur…
Par contre, Mr Ekumbo, gardez vos leçons de journalisme pour vous, car vous n’avez aucune autorité sur les journalistes de ce pays et encore moins sur Week-End. Nous ne savons pas si dans votre pays, les journalistes sont à vos ordres. Par contre à Maurice, notre droit de dire la vérité est garanti par la constitution de République de Maurice. Si comme vous l’affirmez nous avons mal rapporté vos propos, vos «whistleblowers» savent très bien que les lois à Maurice vous garantissent un droit de réponse.
Par contre, nous maintenons que vous avez dit après les élections régionales que la gestion de la FMN sont entre les mains de l’Election Panel. Mais vous savez plus que nous, Mr Ekumbo,que vous avez une opinion plus que versatile et Week-End en a été témoin en deux fois dans l’affaire du représentant de la FMN pour l’assemblée générale élective de COM. Maus que peut-on vraiment attendre d’un homme qui pratique de, façon déguisée, une dictature sans partage au sein même de sa propre fédération au Kenya.
Nous espérons avoir bien rapporté vos propos Mr Ekumbo…