Le meurtre récent d’une boutiquière par des consommateurs de drogue à Terrasson, la prolifération d’héroïne et de drogue synthétique inquiète Pointe aux Sables et les régions voisines. Une insécurité grandissante guette les habitants.
Le vendredi 14 avril, le quartier de Terrasson à Pointe aux Sables était en émoi après le meurtre de la boutiquière Kisnamah Ramanjooloo, âgée de 79 ans. Ce meurtre n’a fait qu’amplifier le sentiment d’insécurité des habitants de la région. “La drogue est partout dans Pointe aux Sables. Nous le voyons tous les jours. Nous passons notre temps à alerter les autorités sur ce qui se trame à Terrasson. Mais hormis des patrouilles policières qui ont lieu de temps en temps, il n’y a aucune action concrète qui est prise. Tout le monde sait que les meurtriers de Mme Ramanjooloo sont des toxicomanes. Nous avons peur de laisser nos enfants marcher seuls dans la rue”, témoigne Jean-Yvan, 45 ans.