Le marché des hybrides semble prendre un nouvel essor. La Japonaise Honda a lancé le samedi 19 novembre trois de ces modèles : la citadine Jazz, la berline Insight et le coupé CR-Z. Voilà de quoi concurrencer la Prius, référence de Toyota qui a fait son entrée en 2008. Mais que représente cette technologie pour nos concessionnaires ?
Pascal Lelong, Sales and Marketing Manager chez Toyota à Maurice, avance qu’une trentaine de Prius ont été vendues de 2008 à ce jour, chiffre qui comprend la génération 2 et la génération 3. Un résultat modeste, à première vue. Mais comme l’explique M. Lelong, « il faut que le public se rende compte qu’avec une hybride, on ne vient pas proposer un nouveau modèle… On vient avec une technologie, ce qui suggère une évolution différente, un positionnement différent ».
L’évolution hybride est une façon pour une marque d’affirmer son engagement écologique, de travailler son image. Hybride est ainsi synonyme de volonté pour Toyota mais aussi pour Honda.
Il faut cependant souligner que si ce modèle est l’exemple de l’éco-responsabilité, il est aussi le véhicule d’une tendance marketing : un pacte, une preuve tangible d’une recherche approfondie, d’une plus-value. Le tout vient s’agrafer aux campagnes autour de slogans aux allures de global environment comme « un ciel bleu pour nos enfants ».
De plus, une hybride contraste avec une sportive. Ce sont deux affirmations différentes, deux styles, deux prises de position politique conflictuelles.
Mais doit-on s’attendre à une pléthore de petites Toyota Prius ou Honda Jazz sur nos routes ? « Il aura fallu dix ans à Toyota avant de faire la notoriété de la Prius aux États-Unis », explique Pascal Lelong.