Ayant tout à perdre d’un conflit frontal avec le MMM, le MSM a décidé de revoir ses prétentions à la baisse et il n’insisterait plus pour le poste de Premier ministre pour cinq ans. Le coup d’éclat du week-end dernier du leader de l’opposition et du MMM, Paul Bérenger, indiquant son opinion personnelle que, « des années lumières séparent le MMM du MSM en termes d’unité nationale, de démocratie et de méritocratie », a visiblement eu l’effet escompté.
Des personnes influentes des deux partis ont travaillé d’arrache-pied dimanche et lundi derniers pour mettre en veilleuse les différends et ramener la bonne entente entre le MMM et le MSM et c’est ainsi que la réunion des principaux cadres a pu se tenir mardi au bureau du Public Accounts Committee que préside Alan Ganoo.
Si du côté du MSM, on avance que cette exigence de poste de Premier ministre pour cinq ans à Pravind Jugnauth n’a pas été formellement présentée au MMM, il est un fait que les lieutenants les plus proches du principal intéressé ont littéralement « manz la tête » des dirigeants du MMM sur cette question quelques jours avant que Paul Bérenger ne laisse échapper son exaspération.
Mais il n’y a pas que cette affaire de poste de Premier ministre, il y a d’autres faits sur lesquels les mauves ont exprimé leur désaccord, comme les méthodes employées pour essayer d’attirer des élus du camp adverse au MSM qui n’ont pas du tout réjoui le MMM.
Quoi qu’il en soit, c’est celui-là même qui avait sorti son artillerie lourde samedi dernier, Paul Bérenger, qui, à l’issue de la réunion de mardi, a déclaré qu’elle avait permis de « clear the air » et que le travail de l’opposition allait être étroitement coordonné en prévision de la rentrée parlementaire. Il nous revient, en effet, que tous les points litigieux ont été abordés à la réunion de mardi et que les choses ont pu évoluer en direction d’une entente au niveau des travaux parlementaires. Mais les conditions d’une possible alliance, que les uns et les autres disent ne pas discuter en ce moment, tendent à converger vers un remake de 2000/2005. Aussi, c’est dans cette perspective que l’option SAJ est sérieusement considérée.
On aura d’ailleurs noté que dans leurs discours respectifs, et Paul Bérenger et Pravind Jugnauth, évoquent la période 2000-2005. Vendredi, le leader du MMM a estimé qu’ils sont nombreux à avoir la nostalgie de l’alliance MMM/MSM, une alliance « exemplaire » avec Sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger comme Premier ministre et que très peu de pays ont connu un gouvernement de coalition qui aura duré cinq ans, qui a « réalisé un travail d’équipe sans friction, ni prise de bec ». Pravind Jugnauth n’a pas été en reste et il a, à chaque sortie publique, évoqué, lui aussi, la qualité du travail et de l’équipe qui était aux affaires entre 2000 et 2005. Lui aussi insiste sur l’absence de tout conflit entre partenaires durant cette période.
« Harcèlement politique »
« Tou dimoune kontan nous en ce moment, c’est du harcèlement politique ». C’est sur une note plus humoristique que le leader du MMM a, vendredi toujours, qualifié les manoeuvres du PTr en vue de s’attirer les bonnes grâces de son parti. Il ne peut, en effet, qu’être conforté dans ses dires par les déclarations successives enregistrées du côté des rouges.
Navin Ramgoolam avait donné le ton aussitôt la cassure du gouvernement en opposant la « culture politique » du MMM à l’absence de celle du MSM. Il a récidivé à sa conférence de presse du 8 octobre en ménageant les mauves et en concentrant ses attaques contre le MSM et Pravind Jugnauth.
Il a même fini par oublier qu’il avait porté plainte à la police contre le leader de l’opposition pour diffusion alléguée de fausses nouvelles et que sa police a sorti une curieuse affaire de complot pour interpeller le Dr Zouberr Joomaye.
Connu pour son opposition à Paul Bérenger, même le Governement Whip, le Dr Rihun Hawoldar a, dans une interview à l’Express la semaine dernière, trouvé des qualités de « vieux renard » au leader du MMM, alors que le non moins anti-MMM, Patrick Assirvaden, déclarait, hier, à Deepa Bookhun, que « nous respectons les qualités des membres. Je reconnais le punch de Paul Bérenger. Je reconnais qu’il y a des gens de calibre et d’expérience au sein de ce parti. Je reconnais que quand le MMM fait de l’opposition, c’est, en général, dans l’intérêt du pays ».
Mais, comme mentionné par le leader de l’opposition vendredi, c’est la nouvelle secrétaire générale du PTr qui a été le plus loin dans ses propos. Dans une interview accordée à Friday News, elle a parlé de deuxième république avec un président avec des pouvoirs qui serait Navin Ramgoolam et un Premier ministre qui serait Paul Bérenger.
On a besoin de lire et de relire ce genre de propos pour s’assurer qu’on ne rêve pas en plein jour, confiait, hier, à Week-End, un dirigeant du MMM. Une chose est toutefois sûre, c’est que les alliances sont extrêmement difficiles à vendre à la base du MMM en ce moment. Pour preuve, les réactions enregistrées lorsque Paul Bérenger a pris la parole à Bar Chacha vendredi étaient on ne peut plus claires. Ce sont des applaudissements nourris qui ont accompagné son affirmation « qu’il n’y a aucune alliance MSM/MMM dans l’air » et que le « MMM n’entrera pas au gouvernement avant les élections générales ».
Une adhésion totale a, par contre, été notée en deux occasions lorsque les orateurs du MMM ont parlé de Paul Bérenger comme « ex-Prime minister et next Prime minister » et lorsque le leader de l’opposition a réclamé des élections générales et parlé de « gouvernement illégitime ! « . Vox populi, vox dei. Aux états-majors de décider…
———————————————————————————————————————————
AUTONOMIE: Neuf ans Rodrigues détend SAJ
Le président de la république, sir Anerood Jugnauth, n’a pas manqué à la tradition de marquer de sa présence les célébrations officielles liées à l’autonomie de Rodrigues. Mercredi dernier, pour les neuf ans de l’avènement de l’Assemblée Régionale de Rodrigues, il a été le Chief Guest pour la Journée de l’Autonomie. Loin des clameurs et des tractations sur le plan politique, le président de la République s’est permis de partager un bon moment de détente en compagnie du ministre de Rodrigues, Nicolas Von Mally, le chef-commissaire, Gaëtan Jhabeemissar, et l’adjointe au chef commissaire, Marie Thérèse Clair Brault, comme le témoigne ce document photographique.
Les manifestations populaires se sont déroulées au stade de Camp-du-Roi, avec sir Anerood Jugnauth, donnant le coup d’envoi de la finale de la Coupe de l’Autonomie, tout en présidant à la parade traditionnelle et deux heures de spectacle. La ministre de la Sécurité sociale, Sheila Bappoo, et des diplomates étrangers en poste à Maurice avaient également fait le déplacement à Rodrigues à cette occasion.