Les commerçants seront peut-être fixés sur leur sort dans un mois. Tout porte en effet à croire que l’Association of Urban Authorities validera les nouveaux chiffres liés aux “trade fees”. Une révision des taux imposés au début de l’année est ainsi prévue.
Les autorités urbaines espèrent satisfaire les opérateurs économiques avec la validation des nouveaux tarifs concernant les “trade fees”. Les Financial Controllers, de concert avec les présidents des villes, prennent en considération divers aspects de la révision des frais commerciaux. Les membres de l’Association of Urban Authorities (AUA) devront se rencontrer dans quelques jours. Selon nos informations, l’association fait de son mieux afin que les nouveaux montants soient disponibles avant la fin du premier semestre. « C’est dans le but de permettre aux opérateurs d’effectuer leurs paiements en juin, pour ceux qui ne se sont acquittés que d’une partie des paiements en début d’année, tout en permettant aux villes de faire les remboursements nécessaires avant la fin de l’année pour constater l’impact sur le bilan financier », soutient-on au sein de l’AUA. Raison pour laquelle depuis le début de l’année, toutes les municipalités ont revu les chiffres, qu’ils estimaient « exagérés », prenant en considération la situation socio-économique actuelle. Ces chiffres, actuellement à l’étude par l’association – réunissant les divers mairies –, répondront aux exigences des municipalités et des opérateurs économiques. C’est dans cette optique que les commerçants lancent un appel au « bon sens » au président de l’AUA, Rashid Daureeawoo, ainsi qu’aux membres de son association. Se référant à la « concurrence déloyale » dont sont victimes les commerçants de la capitale, Raj Appadu, président du Front Commun des Commerçants de l’Île Maurice (FCCIM), espère voir la mise en oeuvre d’une politique de tarifs commerciaux marquée par une baisse conséquente pour les petits opérateurs. D’ailleurs, l’AUA compte bien accéder à cette requête. Consciente des défis qu’elle est appelée à relever, l’AUA espère donner satisfaction à toutes les parties. Interrogé, Rashid Daureeawoo, président de l’AUA, soutient que les chiffres mis en circulation d’ici quelques mois seront uniformes dans toutes les mairies. Toutefois, la bête noire de cette mission de l’AUA reste le « traitement de faveur » envers les commerces s’acquittant d’autres frais de permis auprès d’autres autorités.