Lors de la réunion du Conseil hier après-midi, Mario Bienvenu a indiqué souhaiter procéder à la révision des Trade Fees. Reconnaissant que l’augmentation des Trade Fees est inévitable, il soutient que c’est pour le bien-être des opérateurs économiques que la municipalité souhaite revoir les frais commerciaux.
Ananda Rajoo, conseiller du MMM, a d’ailleurs exprimé son incompréhension face à cette « volte-face » du maire. Et d’indiquer que les conseillers de l’opposition avaient pointé du doigt certains tarifs jugés trop élevés lors d’une réunion du Conseil en décembre dernier. Un changement de position marqué par la colère de ce dernier qui dans la foulée a traité le président du Conseil de « vautour politique » qui agit comme un « roseau dans le vent ». « Vous avez défendu cette hausse alors que nous étions contre et aujourd’hui vous retournez sur cette position par opportunisme politique », a lancé l’ex-maire mauve. Et de rappeler que les membres du Ptr-PMSD sont allés de l’avant dans l’imposition de la majoration. Il a été soutenu dans ses propos par la conseillère Sundee Beedassee qui a demandé au représentant du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD) de prendre en considération la position des membres du Conseil à ce sujet. « Nous risquons d’être en contradiction avec la Local Government Act 2011, sections 122 et 162 », a-t-elle indiqué. C’est dans cette optique qu’elle a conseillé à Mario Bienvenu « to seek legal advise first » avant d’aller de l’avant avec cette requête.
Revenant sur la conférence de presse tenue jeudi après-midi par l’Association of District Council (ADC) et l’Association of Urban Authorities (AUA) — dont étaient absents les représentants des municipalités sous la tutelle du MMM/MSM —, Ananda Rajoo a souhaité savoir si sa décision sur la révision des Trade Fees a été prise en concertation avec les autres maires. Mario Bienvenu a répondu par la négative. Une réponse qui a suscité l’exaspération des conseillers de l’opposition. Bien que Mario Bienvenu reconnaisse l’importance des frais commerciaux en guise de revenus pour la municipalité, il a toutefois concédé qu’il ne souhaitait pas voir les opérateurs économiques mettre la clé sous la porte pour cause de Trade Fees trop élevés.