Jacques Fanny et son épouse, Patricia Fanny, ont été trouvé coupable de trafic de drogue devant la magistrate Niroshini Ramsoondar, siégeant en cour intermédiaire. Dans un premier temps, le mari avait été interpellé avec 7.84g de cannabis puis, lors d’une fouille à son domicile, la police devait saisir 16.5g de cannabis. Le tout a une valeur commerciale de Rs 17 500.
Les deux accusés avaient plaidé non-coupable lors de leur procès. Jacques Fanny, laboureur de profession, était recherché par des officiers de l’ADSU le 4 février 2012 car on le soupçonnait d’avoir en sa possession de la drogue pour le trafic. Alors que les officiers se rendaient à son domicile à Rivière-des-Anguilles, ils l’ont repéré près d’une station service. Il a tenté de fuir mais une fois arrêté avec l’équivalent de 10 pouliahs dans sa poche, Jacques Fanny devait répondre « gandia pou mo vendé ça missié». Les officiers se sont ensuite rendus à son domicile où sa femme, les voyant arriver, a pris un sac en plastique qui se trouvait sur une table et a tenté de le dissimuler dans ses vêtements pour ensuite prendre la fuite. Sa tentative a été avortée par les officiers de l’ADSU. La femme devait alors répondre aux officiers que la drogue saisie chez elle était destinée à la vente et a nié savoir que son mari avait de la drogue dans sa poche.
Dans sa déposition à la police, Jacques Fanny s’est rétracté pour déclarer que la drogue saisie en sa possession était pour sa consommation personnelle et qu’il l’avait achetée la veille pour la somme de Rs 1 500. Il a aussi soutenu que sa femme connaissait le contenu du sac en plastique et qu’elle s’était disputée avec lui concernant la drogue, ce qui explique pourquoi elle a paniqué et tenté de la dissimuler quand les officiers sont arrivés.
Pour sa part, Patricia Fanny a nié avoir dit à la police que la drogue était destinée à la vente. Mais elle a concédé par la suite qu’elle savait que le sac en plastique contenait de la drogue et qu’elle a tenté de le dissimuler pour éviter des ennuis à son mari.
Dans son jugement, la magistrate Ramsoondar a trouvé que la version de l’accusé selon laquelle il allait utiliser la drogue pour sa consommation personnelle n’est pas crédible. Pour cause, la drogue saisie n’était pas accompagnée d’objets démontrant qu’il allait la fumer. La magistrate a aussi trouvé suspect le fait qu’il ait quitté son domicile pour aller fumer alors que sa femme savait qu’il avait de la drogue en sa possession. Elle a souligné le changement de version de la femme qui au départ avait dit ne pas connaître le contenu des sacs en plastique pour se raviser par la suite. La Cour relève ainsi que Patricia  Fanny a tenté de dissimuler la drogue en connaissance de cause et que la quantité conséquente saisie ne pouvait être utilisée que pour le trafic. Le couple a ainsi été trouvé coupable de trafic de cannabis en violation de l’article 30(1)(f)(i) de la Dangerous Drug Act. Sa sentence sera connue ultérieurement.