Muhammad Ashfaaq Khan Mohidinkhan, 19 ans, et son complice Jean-Marc Yan Teck Ng Man King, alias Ballon, 45 ans, ont comparu devant les Assises ce matin pour importation et trafic de drogue. Les deux accusés sont en détention depuis leur arrestation, en 2012. L’un d’eux, Mohidinkhan, se dit persécuté à la prison de Grande-Rivière et dit craindre pour sa sécurité.
Muhammad Ashfaaq Khan Mohidinkhan, 19 ans, et Jean-Marc Yan Teck Ng, un homme d’affaires de 45 ans, ont comparu devant les Assises ce matin. Me Poonum Sookun-Teeluckdharry, qui défend les intérêts de Mohidinkhan, a demandé dans un premier temps un renvoi du procès étant donné qu’elle est en communication avec le bureau du Directeur des poursuites publiques pour considérer une charge plus favorable à son client. Elle devait, dans un second souffle, faire part des allégations de menaces à l’égard de son client à la prison de Grande-Rivière, où il est détenu. L’accusé, appelé à répondre de ces allégations, a déclaré que des officiers de police à la prison de Grande-Rivière l’auraient « menacé » s’il ne changeait pas de position en marge du procès, qui débutera sur le fond en ce début d’année. « Zot inn menace mwa. Zot dir mwa retracte sinon mo lavi pou amer », a-t-il avancé. Selon l’accusé, les menaces auraient débuté le 13 octobre 2014 et, depuis, il ne se sentirait plus en sécurité. « Le 17 octob, prizon in refiz pran mo statement lor sa bann alegasyon et le 17 octob, mo ti pe gagn etoufman. Zot dir mwa guet mo zafer. » L’accusé ajoute ne pas être pris en considération là où il est détenu. Le juge Benjamin Marie Joseph devait ainsi ordonner à ce qu’une enquête soit entreprise à ce sujet.
Me Rama Valayden, qui défend les intérêts de l’homme d’affaires, a quant à lui indiqué qu’il aura besoin de « plus de temps » afin de pouvoir étudier les “full briefs”, qu’il devrait recevoir du DPP sous peu. Concernant la détention des accusés, l’homme de loi a demandé à ce qu’ils soient maintenus dans des cellules séparées. De plus, il devait loger une motion demandant la liberté conditionnelle pour son client. Enfin, il a soumis un autre point de droit demandant à obtenir un procès séparé pour les deux accusés. Me Sookun-Teeluckdharry s’est jointe à la demande. Le juge Benjamin Marie Joseph, prenant en compte la demande de la défense, a décidé de renvoyer le procès au 24 février.
 Les faits remontent à 2012. Jean-Marc Yan Teck Ng Man King, alias Ballon, était alors engagé dans l’importation de fruits de mer et faisait des allers-retours entre Maurice, Madagascar, l’Afrique du Sud et l’Inde. Cet habitant de Beau-Bassin tenait également un entrepôt au port franc alors que son intermédiaire, Muhammad Ashfaaq Khan Mohidinkhan, était gérant d’une boutique à Plaine-Verte. Ce dernier essayait d’écouler l’héroïne que l’homme d’affaires lui faisait parvenir.
Ayant eu vent de leurs activités, les officiers de l’ADSU les veillaient de près et sont intervenus lors d’une opération de livraison. Jean-Marc Yan Teck Ng Man King et Ashfaaq Khan Mohidinkhan avaient été pris la main dans le sac. Les domiciles des deux trafiquants présumés avaient aussi été perquisitionnés. Si les enquêteurs n’avaient rien trouvé de compromettant chez Ashfaaq Khan Mohidinkhan, un kilo d’héroïne avait cependant été découvert chez Jean-Marc Yan Teck Ng Man King.