Poursuivi en Cour d’assises pour trafic d’héroïne, Jacques Gaëtan Gustave, un travailleur manuel de la Cargo Handling Corporation, a écopé de 25 ans de prison. Bien qu’il ait plaidé coupable et demandé la clémence de la Cour compte du fait qu’il est atteint du sida et regrette ses actes, le juge Benjamin Marie-Joseph a insisté sur une sentence exemplaire pour décourager ceux qui veulent faire entrer de la drogue dans le pays.
En prononçant la sentence ce matin, le juge Benjamin Marie-Joseph est revenu sur les aspects du procès. L’accusé avait présenté ses excuses et avait indiqué qu’il est atteint du sida et souffre de plusieurs problèmes de santé et n’allait pas vivre encore longtemps. Le juge a cependant soutenu qu’il avait profité du poste qu’il occupait au sein de la Cargo Handling Corporation pour faire venir de la drogue dans le pays et que ce genre de délit devrait avoir une punition exemplaire. Le juge a soutenu que même en prison il pourra recevoir les soins médicaux dont il a besoin. Gustave a écopé de 25 ans de prison desquels seront déduits les 1 508 jours qu’il a passés en remand.
Selon l’acte d’accusation daté du 14 mai 2013, l’accusé, « alias Tigaille, 54 years, Lasher, residing at 7, Jhumnah Street, Cité La Cure, Port Louis, did wilfully, unlawfully and knowingly possess dangerous drug for the purpose of delivery, to wit : Heroin contained in a total of 1162.8 grams of grey and white powder enclosed in one hundred and two (102) parcels ». En outre, étant donné les circonstances de cette affaire et la valeur de la drogue saisie, le DPP considère Gustave comme étant un trafiquant. Le surintendant Azima, qui était le principal enquêteur de l’ADSU dans cette affaire, ainsi que les sergents Jauforally et Conhedoss, qui ont enregistré les dépositions données par l’inculpé, avaient déposé, devant le juge Benjamin Marie-Joseph, qui préside ce procès. D’après ses dires, l’accusé n’avait aucune intention de distribuer cette drogue. Il avait été engagé pour prendre livraison de la cargaison et aller la déposer à côté d’une muraille à Abercrombie. C’est quelqu’un répondant au nom de Jocelyn qui lui a demandé d’effectuer cette transaction, contre paiement d’une somme d’entre Rs 50 000 et Rs 60 000. Mais il a été appréhendé par la police à sa sortie, au Container Terminal Gate, à Mer Rouge. Après avoir tout raconté aux enquêteurs, il a été conduit par ces derniers sur place, à Abercrombie, où il a déposé un colis à côté de la muraille dont le dénommé Jocelyn lui avait parlé. Par la suite, il a téléphoné à Jocelyn pour lui dire qu’il était sur place, mais celui-ci n’est jamais venu. L’accusé était défendu par Me Rama Valayden, alors que la poursuite était représentée par Me Tajoodeen.