Le juge Saheed Bhaukaurally a donné son feu vert à Me Yousuf Mohamed SC et à ses deux fils, le ministre Shakeel et Me Zakir Mohamed, de loger deux procès hors de la juridiction de la Cour suprême du pays, plus précisément à San Francisco, dans l’État de la Californie, dans le but de rechercher réparation après la publication d’un dossier par une ONG américaine, Conflict Awareness Project (CAP), les impliquant dans un trafic d’armes allégué. Le juge avait rendu son Ruling sur cette affaire la semaine dernière. Ils comptent réclamer chacun Rs 50 millions à Kathi Lynn Austin, la responsable de l’ONG.
Depuis juillet dernier, le CAP a fait état de l’existence d’un présumé réseau de trafic d’armes par des Russes, dont des partenaires d’affaires de Me Zakir Mohamed, qui est le Chief Executive Officer (CEO) de Island Air System Ltd, une nouvelle compagnie qui a pour conseiller juridique Me Yousuf Mohamed SC. Cette société a été incorporée le 13 avril 2011.
Dans son dossier, le CAP a évoqué l’éventualité que Maurice serve de tremplin pour la vente illégale d’armes dans certains pays d’Afrique et d’ailleurs.
Comme indiqué dans la plainte de Mes Yusuf et Zakir Mohamed, dans le courant de 2011, Andrei Kosolapov, un ressortissant russe, accompagné de Nadeem Mosafeer, le représentant de la firme Gibson and Hills Ltd, a retenu les services de Me Mohamed père. Les deux se sont plaint qu’un dénommé Teddy Harrison a dupé M. Kosolapov en le faisant investir 350 000 dollars américains en prétendant que sa compagnie, Superfly Aviation Ltd, avait obtenu un Air Operator Certificate, portant la signature du directeur de l’Aviation civile de Maurice. M. Kosolapov avait précisé que le dénommé Teddy Harrison lui a fait investir la somme précitée à travers Gibson and Hills au profit de Superfly Aviation. Le Russe, toujours d’après la plainte, avait finalement découvert que l’Air Operator Certificate était un faux.
MM. Kosolapov et Mosafeer se sont rendus au bureau du Central CID le 29 juillet 2011, où le premier nommé a fait une déclaration de faux et d’escroquerie contre Teddy Harrison. Le directeur de l’Aviation civile a également rapporté à la CID de l’aéroport l’affaire de faux. Ce qui devait aboutir à l’arrestation de M. Harrison, qui, par la suite, a été relâché sous caution.
Me Yousuf Mohamed, assisté de Me R. Sewraz, avoué, a logé une pétition an Cour commerciale contre Superfly Aviation et Teddy Harrison, pour réclamer le wind up de ladite compagnie, ainsi que le remboursement de la somme de 350 000 dollars par ce dernier. Il a été décidé que la compagnie convoque une assemblée générale pour que M. Harrison soit retiré du poste de directeur.
Me Zakir Mohamed soutient que c’est à la demande de M. Kosolapov qu’il a accepté « to offer his professional services as nominee CEO of Island Air System Ltd since the said A. Kosolapov travelled abroad very often (…) and act upon instructions of his client, the said Andrei Kosolapov ». L’adresse du certificat d’incorporation est celle de la résidence de M. Mosafeer.
En ce qui concerne Kathi Lynn Austin, elle était venue aux Mohamed Chambers en juin 2012, où elle a rencontré les deux plaignants. Elle voulait savoir quelles étaient les instructions qu’ils avaient reçues d’Andrei Kosolapov. Ils lui firent comprendre qu’ils ne pouvaient évoquer de tels détails, étant donné qu’ils constituaient une priviledged information.
Ce qui aurait rendu Kathi Lynn Austin furieuse selon Mes Yusuf et Zakir Mohamed qui soutiennent dans leur plainte : « The said Ms Austin grew vexed and started making wild accusations to the effect Plaintiffs are using their political influence, through Plaintiff’s N°1 son and brother of Plaintiff N°2, in favour of M. Andrei Kosolapov, with a view to obtaining an Air Operator Certificate for Island Air System against the interests of one Teddy Harrison, a Mauritian National and accused the first Plaintiff of having unjustly assisted M. Andrei Kosolapov at the Central CID to report a case of forgery and swindling against the said Teddy Harrison given that, according to her, Andrei Kosolapov was involved in fuelling conflicts in certain war-torn in African countries. » La plainte fait état d’échanges amers entre les Mohamed et Kathi Lynn Austin, qui fut priée de quitter leurs Chambers, non sans avoir dit que « this is not going to end like this, you will be hearing from me ».
Dans sa plainte, Shakeel Mohamed reproche à Kathi Lynn Austin ses allusions contenues dans son rapport, à l’influence qu’il aurait tenté d’utiliser de par sa position ministérielle en faveur de l’Island Air System, c’est-à-dire en faveur de ses proches.