Un développement de taille est intervenu dans le cadre de lutte contre le trafic d’héroïne sur l’axe Madagascar / Maurice. Sur la base des informations collectées et communiquées par l’Anti-Drug and Smuggling Unit, les autorités malgaches ont arrêté jeudi un ressortissant mauricien, considéré comme un véritable cerveau dans le réseau opérant au niveau de la région.
Clarel Louise, qui a quitté Maurice clandestinement depuis 2008 pour échapper à la justice, a été écroué à la suite de dénonciations à Maurice quant à son rôle en tant que trafiquant de drogue. Il a déjà comparu devant la justice à Madagascar et a été reconduit en cellule policière en attendant la fin des consultations formelles entre Port-Louis et Antananarivo sur son éventuelle expulsion à Maurice.
Les recoupements d’information effectués par Le Mauricien indiquent qu’avec les dernières arrestations de passeuses de drogue par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, des preuves formelles ont été compilées quant à la fonction de recruteur assumée par Clarel Louise dans la Grande île. D’ailleurs, il est soupçonné d’être le cerveau derrière la nouvelle technique pour faire passer des boulettes d’héroïne dissimulées dans les poignées de valise en vue de déjouer le contrôle de la brigade des stups et de la Custom Drugs Unit à l’aéroport.
À ce stade de l’enquête, l’Adsu travaille en étroite collaboration avec les autorités malgaches en vue de nuire le réseau de trafiquants, transformant la Grande île en véritable plaque tournante de drogue pour la région. Les informations versées au dossier à charge et communiquées à Madagascar sont considérées comme étant extrêmement « damning » contre Clarel Louise.