Le procès intenté à Jean-Marc Yan Teck Ng Man King, alias Ballon, 45 ans, et son jeune complice, Muhammad Ashfaaq Khan Mohidinkhan, 19 ans, pour trafic de drogue, s’ouvre devant les Assises ce lundi. L’affaire sera entendue jusqu’au 30 octobre. Les deux accusés sont en détention depuis leur arrestation, en 2012. L’un d’eux, Mohidinkhan, qui se disait persécuté à la prison de Grande-Rivière et dit craindre pour sa sécurité, avait demandé un procès séparé. La cour n’avait cependant pas accédé à sa demande. Tous deux seront donc entendus lors d’un même procès à partir de lundi.
Me Poonum Sookun-Teeluckdharry, qui défend les intérêts de Mohidinkhan, avait demandé dans un premier temps un renvoi du procès car elle était en communication avec le bureau du Directeur des poursuites publiques pour considérer une charge plus favorable à son client. Lors des précédentes audiences, elle avait fait part des allégations de menaces à l’égard de son client à la prison de Grande-Rivière, où il est détenu. L’accusé, appelé à répondre de ces allégations, avait déclaré que des officiers de la prison de Grande-Rivière l’auraient « menacé » s’il ne changeait pas de position en marge du procès. Selon l’accusé, les menaces auraient débuté le 13 octobre 2014 et, depuis, il ne se sentait plus en sécurité. Le juge avait ordonné qu’une enquête soit initiée pour faire la lumière sur cette affaire.
À la suite des conclusions, le juge Benjamin Marie-Joseph a demandé qu’il soit transféré à la prison de Beau-Bassin. Me Rama Valayden, qui représente les intérêts de l’homme d’affaires, s’était joint à cette motion pour un procès séparé, mais le juge Benjamin Marie-Joseph n’avait pas accédé à leur demande. Par ailleurs, Me Rama Valayden avait logé une motion pour la remise en liberté conditionnelle de son client. Cette motion avait aussi été rejetée.
Les faits remontent à 2012. Jean-Marc Yan Teck Ng Man King, alias Ballon, était engagé dans l’importation de fruits de mer et faisait des allers-retours entre Maurice, Madagascar, l’Afrique du Sud et l’Inde. Cet habitant de Beau-Bassin tenait également un entrepôt au port franc alors que son intermédiaire, Muhammad Ashfaaq Khan Mohidinkhan, était, lui, gérant d’une boutique à Plaine-Verte. Ce dernier essayait d’écouler l’héroïne que l’homme d’affaires lui faisait parvenir. Ayant eu vent de ces activités, les officiers de l’ADSU ont alors surveillé les deux suspects avant d’intervenir lors d’une opération de livraison. Jean-Marc Yan Teck Ng Man King et Ashfaaq Khan Mohidinkhan avaient été pris la main dans le sac. Leurs domiciles ont ensuite été perquisitionnés. Les enquêteurs n’avaient rien trouvé de compromettant chez Ashfaaq Khan Mohidinkhan, mais avaient en revanche découvert 1 kg d’héroïne chez Jean-Marc Yan Teck Ng Man King.