Le Canadien David Allan Stockhall a comparu en Cour d’assises jeudi dans le cadre du procès intenté contre lui pour trafic d’héroïne. L’affaire avait été appelée pour être fixée devant le juge Benjamin Joseph. Le représentant de la poursuite, Me Shakeel Bhoyroo, a cependant informé le juge que le bureau du Directeur des poursuites publiques avait reçu deux lettres, l’une de homme de loi de l’accusé et l’autre de l’accusé lui-même, faisant état de son intention de collaborer avec la police et d’apporter de nouveaux éléments dans cette affaire. Il souhaite se confier à l’ADSU. Cependant, le Canadien a fait comprendre aux enquêteurs qu’il souhaitait donner sa déclaration en l’absence de son homme de loi. David Allan Stockhall est représenté par Me Gavin Glover. Les limiers de l’ADSU l’entendront bientôt. L’affaire sera de nouveau appelée devant le juge Benjamin le 23 octobre. Rappelons que le DPP intente un procès à Allan Stockhall devant l’instance criminelle de la Cour suprême pour possession of dangerous drugs for the purpose of distribution et drug trafficking sous les articles 30 (1) (f) (ii), 41 (3) et (4) de la Dangerous Drugs Act.
Allan Stockhall a été arrêté en juillet 2009 avec 989,6 grammes d’héroïne d’une valeur d’environ Rs 15 millions. Le prévenu avait déclaré ignorer la présence de cette drogue dans ses valises. Selon ses dires, il devait livrer ce colis à une personne à Maurice. L’exercice de controlled delivery de la police n’avait rien donné. La Dangerous Drugs Act prévoit une peine de 60 ans de servitude pénale pour trafic de drogue. L’article 10 (2) (d) de la Constitution stipule que toute personne accusée d’une charge criminelle « shall be permitted to defend himself in person or, at his own expense, by a legal representative of his own choice or, where so prescribed, by a legal representative provided at the public expense ». Soulignons aussi que sous la Dangerous Drugs Act, une personne trouvée en possession de plus de Rs 1 million de drogue est considérée comme un trafiquant. La décision finale concernant cette accusation revient néanmoins à la cour.