Le procès intenté au Canadien Allan Stockhall devant les Assises pour trafic de drogue devait être entendu aujourd’hui. Cependant, son homme de loi, Me Rex Stephen, a demandé que l’affaire soit appelée devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Son client l’a informé au préalable que, selon une section de la Dangerous Drugs Act, la loi lui permet d’avoir un avocat de son choix pour le défendre. Aussi Allan Stockhall a demandé le dégel de ses avoirs. Ceux-ci se trouvant à l’étranger, la Cour lui a fait comprendre qu’il devra entamer d’autres procédures, plutôt administratives, auprès de ses proches. L’affaire a une fois de plus été renvoyée. Rendez-vous le 16 juin.
Logé depuis 2011, le procès intenté au Canadien Stockhall ne sera une fois de plus pas entendu bien que l’affaire devait être prise sur le fond devant le juge Abdoorafeek Hamuth aujourd’hui. Son homme de loi, Me Rex Stephen, a en effet demandé un renvoi, son client lui ayant fait part de son souhait de demander un dégel de ses avoirs. Me Stephen a fait la demande auprès du juge Benjamin Marie-Joseph, qui dans un premier temps devait lui expliquer qu’il lui faudrait suivre les procédures pour sa demande. Cependant, à une question du juge pour savoir quels étaient les biens gelés, le Canadien devait déclarer qu’il n’en avait aucun à Maurice, ceux-ci se trouvant au Canada et en Thaïlande. Cette information a changé la tournure des choses puisque la demande pour le dégel de ses avoirs est applicable uniquement à Maurice. Me Stephen a demandé du temps à la Cour pour rediscuter de cette affaire avec son client. L’affaire sera de nouveau appelée mardi prochain.
Par ailleurs, Me Rex Stephen a aussi fait part de son souhait de se retirer du procès, demandant à la cour de désigner un autre avocat pour défendre les intérêts d’Allan Stockhall. Lors des dernières comparutions, l’accusé, qui avait demandé d’assurer lui-même sa défense, était venu déclarer en Cour qu’il souhaitait désormais être représenté par un homme de loi, mais qu’il n’avait pas les moyens de le faire. Dans le passé, Me Gavin Glover lui avait offert ses services avant de se retirer ensuite de l’affaire. Le juge Benjamin Marie-Joseph avait alors désigné Me Rex Stephen in forma pauperis pour le défendre.
À noter que la DDA prévoit une peine maximale de 60 ans de prison pour trafic de drogue. L’article 10 (2) (d) de la Constitution stipule que toute personne accusée sous une charge criminelle « shall be permitted to defend himself in person or, at his own expense, by a legal representative of his own choice or, where so prescribed, by a legal representative provided at the public expense ». Allan Stockhall a été arrêté en juillet 2009 avec 989,6 g d’héroïne, d’une valeur d’environ Rs 15 millions. Le prévenu avait déclaré ignorer la présence de cette drogue dans ses valises. Selon ses dires, il devait livrer ce colis à une personne à Maurice. L’exercice de “controlled delivery” de la police n’avait rien donné. Soulignons aussi que sous la DDA, toute personne retrouvée en possession de drogue dont la valeur est estimée à plus de Rs 1 million est considérée comme étant un trafiquant. La décision finale sur cette accusation reviendra néanmoins à la cour.