Soumis à un interrogatoire serré dans les locaux de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) jeudi et vendredi, Francis Will Townsend a refusé de collaborer en faisant comprendre aux hommes du Deputy Commissioner of Police (DCP) Choolun Bhojoo qu’il ne dirait rien sur aucun dossier. Extradé de Madagascar vers Maurice jeudi, il est pour le moment sous le coup d’une accusation provisoire de blanchiment d’argent et demeure en détention préventive.
Francis Will Townsend est resté presque 11 mois à Madagascar avant d’être extradé à Maurice jeudi matin pour séjour illégal. L’oncle du trafiquant de drogue Curly Chowrimoothoo, qui jusqu’à tout récemment faisait la pluie et le beau temps à Résidence Kennedy, est soupçonné d’être impliqué dans plusieurs cas d’importation d’héroïne et détiendrait des informations sur la saisie de Rs 600 M de drogue à La Réunion en novembre 2016.
Pour le moment, la police l’accuse d’avoir eu l’intention de récupérer 6 100 euros (Rs 231 000) que devait lui remettre une habitante de Quatre-Bornes durant la semaine. Cette femme de 23 ans devait prendre l’avion pour la Grande île, mais elle a été arrêtée lundi à Mahébourg après que la police eut obtenu certains renseignements à son égard. De son côté, Francis Will Townsend a allégué ne pas la connaître. Outre cette affaire, l’ADSU s’intéresse à son implication concernant la saisie de 5,6 kg d’héroïne estimée à Rs 180 M au domicile des Chowrimoothoo en mai 2016. L’enquête avait conduit à l’arrestation de Samantha Chowrimoothoo, l’épouse de Curly. Les Casernes centrales disposent de renseignements indiquant que c’est leur oncle qui s’était rendu à Madagascar en compagnie du skipper Jim Henry pour prendre livraison de cette cargaison d’un Pakistanais. L’équipage de la pirogue Maggie Mai avait mis le cap vers le large de Baie-du-Tombeau où il avait balancé la drogue avant de rentrer à Port-Louis. C’est une autre embarcation qui avait récupéré l’héroïne pour l’acheminer jusqu’au domicile des Chowrimoothoo à Résidence Kennedy. Pendant ce temps, Francis Will Townsend a séjourné illégalement à Madagascar après avoir appris la nouvelle.
Selon les Casernes centrales, le réseau Townsend/Chowrimoothoo était le principal fournisseur d’héroïne dans certaines régions des Plaines-Wilhems avec comme base d’opération Résidence Kennedy. L’arrestation de Curly Chowrimoothoo et son frère Steven avec Rs 1,5 M de drogue aurait changé la donne. Les deux ont été condamnés en 2014 à 25 ans de prison par le juge Benjamin Marie-Joseph. Samantha Chowrimoothoo aurait tenté de prendre la barre, sans être à la hauteur. C’est alors que les réseaux Chowrimoothoo et Townsend se sont associés, d’autant plus qu’il existe un lien familial entre eux. Entre-temps, Curly Chowrimoothoo, qui a fait appel de son jugement, a noué des contacts en prison et s’est rapproché du caïd Alain Louis Emilien, dit « Very Good ». Selon nos sources, ce serait de la prison qu’a été planifiée l’importation de 5,6 kg d’héroïne.
Arrêté par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) l’année dernière, le skipper Jean Didier Peres a confirmé que le beau-père de Curly Chowrimoothoo l’aurait contacté pour lui remettre plus de Rs 500 000 pour l’achat du bateau Vent de l’Est, qui aurait servi à transporter de la drogue de Madagascar à Maurice. Ce serait Francis Will Townsend qui coordonnait l’opération de la Grande île, avant que ses associés mauriciens prennent le relais une fois l’embarcation arrivée dans nos eaux. Outre cette affaire, Will Townsend sera également interrogé par la police dans le cadre de l’enquête sur le passeur sud-africain Ernest Flanigan, mort en 2011 à Flic-en-Flac après qu’une des 14 capsules de drogue cachées dans son estomac s’est rompue. Le nom et le numéro de contact du suspect Townsend figuraient dans le cellulaire de l’étranger.