Condamné à la prison à perpétuité en 2003 après avoir été trouvé coupable d’avoir organisé l’importation de 5 111 grammes de gandia d’une valeur marchande de Rs 1,5 million, Jean Claude Rose avait fait appel de sa sentence. Le Chef Juge Keshoe Parsad Matadeen et le juge David Chan Kan Cheong siégeant en appel ont réduit la sentence à 25 ans de prison.
À la suite de son procès en 2003, Jean Claude Rose avait été condamné à 12 ans de prison initialement. Il avait été trouvé coupable d’avoir organisé l’importation de 5 111 grammes de gandia d’une valeur marchande de Rs 1,5 million. Estimant que la sentence ne reflétait pas la gravité du délit, le directeur des Poursuites Publiques avait fait appel. En juin 2004, le Full Bench de la Cour suprême, composé du Chef juge d’alors Arriranga Pillay, des juges Keshoe Parsad Matadeen et Saheeda Peeroo, avait donné gain de cause au Directeur des poursuites publiques et la peine de 12 ans de servitude pénale avait été convertie en prison à vie. Jean Claude Rose avait à son tour interjeté appel pour contester la sentence de prison à perpétuité. En appel, le Chef juge Keshoe Parsad Matadeen et le juge David Chan Kan Cheong ont conclu qu’une peine de 25 ans de prison était appropriée dans ce cas. Ils ont pris en considération le fait que l’accusé avait organisé l’importation de la drogue et avait fait le voyage à La Réunion pour s’assurer de l’exécution de ses plans. La Cour a aussi pris en compte le fait que durant sa détention, il y a eu pas moins de 13 cas d’indiscipline rapportés contre Jean Claude Rose.
Cette affaire remonte au 10 octobre 2000. Jean Claude Rose avait délégué Marie-France Pierre Jean à La Réunion pour rencontrer ses contacts. Cette dernière avait été interceptée à l’aéroport SSR, le 10 octobre 2000, avec du gandia en sa possession. Durant son interrogatoire, elle avait dénoncé Jean Claude Rose comme étant le destinataire du colis.