La magistrate Niroshini Ramsoondar, siégeant en Cour intermédiaire, a trouvé coupable Dhiran Koonja, qui était poursuivi pour possession of Buprenorphine/Subutex for the purpose of distribution. Sa sentence sera prononcée ultérieurement.
L’accusé avait sur lui cette drogue interdite répartie en plusieurs sachets et enveloppée dans du plastique noir pour faire la distribution. Lors du procès, il était représenté par Me Jadoo-Jaunbocus et avait plaidé non-coupable. Les faits se sont produits le 6 septembre 2012 quand Dhiran Koonja a quitté son domicile à Printanière Street, Plaine-de-Gersiny, Flacq, pour commettre son délit. Il était pris en filature par des officiers de l’ADSU et au moment où les officiers lui ont dévoilé leur identité, il s’est enfui. Les policiers Darimbar et Goinden sont arrivés à immobiliser l’accusé en le plaquant au sol alors que ce dernier gesticulait et disait « donne moi enn chance ». Lors de l’arrestation, ils ont trouvé dans la sacoche du suspect des sachets de drogue, un canif, du ruban adhésif isolant, et dans un portefeuille la somme de Rs 4 500. Plus tard, au poste de police, Dhiran Koonja aurait refusé de signer sur les enveloppes contenant la drogue et aurait soutenu que la somme trouvée avec lui provenait de son locataire, Mr Potiah, qui loue l’étage supérieur de sa maison. Il a expliqué, lors de sa version des faits, qu’il avait quitté sa maison le 6 septembre 2012 à 8 h 30 pour se rendre à la Cour suprême avec ses documents dans son sac et n’aurait en aucun cas apporté de la drogue à la Cour suprême. Il aurait, dans un moment d’indécision, déclaré que ce n’était pas la première fois qu’il avait eu une rencontre avec la police, avant de dire qu’il n’avait jamais eu de problème avec la police auparavant. Dhiran Koonja a concédé qu’il a commencé à courir vers la maison de sa mère quand il a vu des hommes qui lui couraient après. Il a affirmé que les officiers le connaissaient et avaient de la rancune contre lui. Cependant, la poursuite a présenté comme preuve les dires de l’accusé qui a déclaré Donne moi enn chance missié, pou mo meme sa Subutex la. La magistrate a donc pris en compte le fait que l’accusé a admis que la drogue était à lui et suite aux preuves crédibles de la poursuite, a jugé Dhiran Koonja coupable de possession de Subutex pour la distribution.