Westley Bhadhoodeenkhan, dit Toto, a joué au chat et à la souris avec la police pendant huit mois avant d’être arrêté le 5 octobre par l’inspecteur Ashik Jagai. La police compte objecter à toute demande de remise en liberté de celui qui est soupçonné d’avoir passé commande d’une cargaison de Subutex.
Westley Bhadhoodeenkhan n’a pas été identifié par le dénommé Louis Nelson Nabab, arrêté à Roche-Bois en février 2017 avec 12 700 comprimés de Subutex. Pourtant, ce dernier avait incriminé Toto comme étant le commanditaire de cette cargaison de drogue au cours d’un précédent interrogatoire aux Casernes centrales.
En l’absence du témoignage de Louis Nelson Nabab, Westley Bhadoodeenkhan n’est pas pour autant « cleared » dans cette affaire de Subutex, même si son entourage évoque sa libération prochainement. Les hommes du DCP Choolun Bhojoo et du surintendant Sharir Azima ne comptent pas lâcher Toto aussi facilement, d’autant plus que ce dernier a gardé le silence depuis son arrestation. Les limiers ont déjà sollicité la Cour suprême pour ordonner le décryptage de ses quatre téléphones cellulaires. L’ADSU est confiante de pouvoir établir un lien entre lui et le réseau derrière ce trafic de Subutex. De plus, les limiers enquêtent pour déterminer qui l’a hébergé pendant sa cavale. « L’enquête est toujours en cours et la police compte objecter à toute demande de remise en liberté conditionnelle à ce stade », nous indique une source proche du dossier. Avec ce développement intervenu la semaine dernière, la police prévoit de cuisiner Louis Nelson Nabab au quartier général de l’ADSU en lui faisant comprendre qu’il devra assumer la responsabilité de cette saisie de Subutex dont la valeur marchande est estimée à Rs 30 M. Comme il n’a pas identifié Westley Bhadoodeenkhan, il devra consigner un « statement » à ce sujet. Cependant, les enquêteurs estiment que Louis Nelson n’a pas la capacité financière pour importer une telle quantité de Subutex, ni n’a-t-il les contacts à l’extérieur. Idem pour Toto qui ne serait qu’un « jockey » agissant pour le compte d’un gros bonnet dans cette affaire. Les limiers soupçonnent déjà un habitant du Nord d’être mêlé à ce trafic, mais en l’absence de preuves et de témoignage, il n’a pu être inquiété jusqu’ici.
Par ailleurs, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) attend que la police termine avec Toto Bhadoodeenkhan pour prendre le relais. Les hommes de Navin Bheekarry ont obtenu un « freezing order » sous la Prevention of Corruption Act (PoCA) contre les biens du suspect. Celui-ci concerne un terrain de 270 m2 avec un bâtiment dessus à Terre-Rouge, acquis le 28 mai 2008 pour Rs 1,3 M ; un terrain acheté le 26 août 2009 pour Rs 1 650 000 à la route Cocoterie, Roche-Bois, au nom de la compagnie GTO Spare parts Ltd (en liquidation), et une voiture immatriculée 2886 ZT 04 au nom de sa compagne Rachel Larose. Toto Bhadoodeenkhan devra s’expliquer sur la provenance des fonds pour l’acquisition de ces biens.