Accusé provisoirement de trafic de drogue, Jean Fabrice Tamby a été remis en liberté provisoire. Il avait été interpellé alors qu’il offrait du gandia en vente, et placé en détention. Présentant une motion devant la Bail and Remand Court présidée par le magistrat Neeshal K. Jugnauth, celui-ci a accédé à sa demande. Il a eu à verser une caution de Rs 8 000 et à signer une reconnaissance de dette pour un montant de Rs 20 000.
Selon les enquêteurs, ils surveillaient les mouvements du suspect depuis quelque temps. C’est ainsi que le 13 mars 2014, deux d’entre eux se sont rendus chez lui, à Cité-Vuillemin, Quartier-Militaire, où ils se sont présentés comme des clients, venus acheter du gandia. Mais dès qu’ils ont voulu procéder à son arrestation, le suspect s’est sauvé.
La police a objecté à la motion et a donné deux raisons : 1) le risque que le suspect ne se présente pas à la justice quand on aura besoin de lui ; et 2) le risque qu’il commette le délit une nouvelle fois.
Pour justifier le premier point, le porte-parole des enquêteurs a indiqué alors qu’il se trouvait à la barre des témoins que le 14 mars, la police s’est rendue chez lui mais il n’était pas là. Elle s’y est rendue les 17 et 23 avril pour laisser un  message à sa mère et d’autres proches afin que le principal concerné se livre à la police. Fabrice Tamby s’est finalement  constitué prisonnier le 28 avril.
Contre-interrogé, le témoin a admis que le suspect a nié l’accusation provisoire qui a été logée contre lui. Il a reconnu que le suspect a une adresse fixe, une famille et un emploi. Sur le banc des accusés, Fabrice Tamby a présenté des excuses à la cour.
Après avoir trouvé que les raisons fournies par l’enquêteur ne sont fondées que sur des appréhensions, le magistrat accorde la remise en liberté provisoire du suspect. Le magistrat décide que les stringent bail conditions, applicables pour minimiser les craintes émises en cour par la police pour objecter à la motion, doivent être les suivantes : une caution de Rs 8 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 20 000. En outre, le suspect devra se rendre au poste de police le plus proche de sa résidence tous les samedis, entre 6 et 18 heures.